Airbus et SITA s’unissent contre les cyberattaques dans le transport aérien

Airbus Defense & Space, la branche militaire du groupe, s’associe au leader mondial des solutions informatiques pour le transport aérien dans la lutte contre les hackers.

Après les grands sites militaires et gouvernementaux, Airbus Defense & Space (DS) veut vendre son savoir-faire en matière de cybersécurité aux compagnies aériennes et aux aéroports. La branche défense du groupe aéronautique a annoncé la semaine dernière un partenariat commercial avec SITA, le numéro un mondial des communications et services informatiques pour le transport aérien, dont les logiciels de traitement des données passagers et des bagages équipent la quasi-totalité des compagnies aériennes.

« Airbus cybersécurité a été initialement lancé pour protéger les clients d’Airbus Defense & Space, comme le ministère de la Défense, explique Olivier de Reydellet, chargé des partenariats commerciaux à la division cybersécurité d’Airbus DS. Mais nos activités se sont étendues naturellement à d’autres grandes entreprises, comme la chaîne de télévision TV5 après l’attaque informatique dont elle a été victime en 2015. Cet accord avec SITA s’inscrit dans cette évolution naturelle. »

Nouvelle tentative de diversification

Jusqu’à présent, Airbus DS n’a toutefois pas rencontré un grand succès dans ses tentatives de diversification. En 2012, un ambitieux plan de croissance de ce qui s’appelait alors Cassidian, dans la sécurisation des télécommunications des grandes entreprises, avait fait long feu. En 2016, Cisco avait même infligé un ultime revers, en préférant s’allier à Thales plutôt qu’à Airbus dans la cybersécurité.

Bien que plus modeste dans ses ambitions, ce partenariat avec SITA semble plus en rapport avec les choix stratégiques de la maison-mère et la clientèle de l’avionneur Airbus. Fondée par 11 compagnies aériennes, cette coopérative de droit néerlandais mais basée à Genève sert plus de 640 compagnies aériennes et aéroports à travers le monde, représentant 90 % du trafic aérien mondial. Son chiffre d’affaires s’élève à 1,63 milliard de dollars.

Vulnérabilités des avions et des aéroports

Mais surtout, cette initiative arrive au bon moment. Car avec le développement d’Internet dans les avions, les compagnies aériennes découvrent avec effroi la nouvelle menace représentée par les virus et hackers. Certaines expériences conduites récemment en Europe, par l’Agence européenne de sécurité aérienne, ont en effet démontré la vulnérabilité des systèmes aéronautiques aux attaques informatiques, y compris pour un avion en vol. Même chose dans les aéroports. En 2016, une attaque informatique basique, par déni de service, avait réussi à désorganiser pendant quelques heures l’aéroport de Cologne.

D’où l’envolée des dépenses de cybersécurité dans le transport aérien. « Selon une étude de SITA, 91 % des compagnies aériennes ont prévu d’investir dans la cybersécurité dans les trois prochaines années », souligne Olivier de Reydellet, qui évalue à 3 milliards de dollars le marché de la cybersécurité dans le transport aérien, dont 1,5 milliard dans le domaine des solutions informatiques couvert par l’accord avec SITA. Selon la même étude de SITA, 48 % seulement des compagnies aériennes s’estiment prêtes à affronter des cyberattaques de base et 24 % se disent capables d’affronter des menaces plus sophistiquées. La majorité des compagnies restent donc largement exposées.

 Source
X