Les cinq défis stratégiques de Thales (1/2)
27 Fév 2017

Les cinq défis stratégiques de Thales (1/2)

Le patron de Thales, Patrice Caine, a lancé son groupe sur la voie d’une croissance intensive. Il devra jouer les équilibristes entre rentabilité et préparation du futur tout en transformant son groupe en un acteur majeur du monde du numérique.

Pour Thales, 2017 sera l’année des confirmations… ou pas. Son PDG Patrice Caine, qui a porté son groupe vers des sommets historiques en 2016, en termes de résultats et de rentabilité, va-t-il pouvoir piloter Thales à ce rythme de croissance dans la durée ? C’est bien là l’une des interrogations majeures du PDG du groupe électronique, qui impose déjà fortement sa marque sur le groupe ainsi que sa vision de ce que sera Thales dans dix ans. À savoir un grand acteur du monde du numérique.

Pour gagner son pari, le groupe de Patrice Caine, qui a su gagner la confiance de l’homme fort du groupe Dassault Charles Edelstenne, doit surmonter cinq défis stratégiques, certains de court terme et d’autres de long terme.

1/ Le défi de la croissance

Depuis deux ans, Thales fait le plein de commandes dans le monde entier. Les trois contrats Rafale (Égypte, Qatar et Inde) y sont pour beaucoup, mais le groupe d’électronique engrange des commandes importantes dans toutes ses activités au point que son carnet de commandes surfe sur des sommets. Au 30 juin 2016, il atteignait 30,3 milliards d’euros, soit près de 2,1 années de chiffre d’affaires. Bref, Thales a de quoi voir venir. C’est donc aujourd’hui l’heure pour le groupe de traduire tous ses contrats en chiffre d’affaires.

Très clairement, Thales doit réaliser ce sur quoi il s’est engagé l’automne dernier auprès de ses actionnaires et du marché. Très prudent et conservateur jusqu’ici, Patrice Caine a en effet révisé à la hausse ses prévisions de croissance sur les deux prochaines années. Il a promis de croître de 5% par an sur les deux prochaines années, en 2017 et 2018. C’est à la portée du groupe à la condition de bien exécuter les programmes, en livrant à l’heure et à la qualité promise.

2/ Le défi de la rentabilité

Au printemps 2014, Jean-Bernard Lévy, alors patron de Thales, et son numéro deux, Patrice Caine, s’étaient engagés à l’horizon 2018 sur des niveaux de rentabilité jamais atteints par le groupe d’électronique. C’était osé, très osé quand on sait que le groupe a toujours plafonné entre 7% et 8% de marge (EBIT). En outre, Thales était redescendu bien en dessous de ces standards à la fin des années 2000 après le nettoyage des comptes endossé par Luc Vigneron (5,7% en 2011). Mais à partir de 2012, la marge du groupe a régulièrement progressé, passant de 6,5% en 2012 à 8,6% en 2015. Avec un léger accroc en 2014 dû aux pertes de DCNS qui ont pénalisé l’EBIT de Thales, actionnaire à 35% du groupe naval (7,6% contre 8% en 2013). Hors pertes de DCNS, l’EBIT de l’électronicien aurait dû s’élever à 8,6%.

En 2016, Thales devrait pour la première fois de son histoire crever le plafond des 9% d’EBIT (9,1%). Le groupe a pourtant affiché pour le premier semestre 2016 un EBIT de 551 millions d’euros (8,1% du chiffre d’affaires). « Arriver à, ce niveau de performances pour un groupe comme Thales, qui ne l’a jamais réalisé, est un sacré défi », explique-t-on à La Tribune. D’autant que le groupe n’a pas non plus négligé son avenir en maintenant son effort de recherche et de développement (R et D) à 20% du chiffre d’affaires. En outre, Thales a également dû faire face à ses obligations d’offsets (compensations industrielles) dans le cadre des commandes gagnées en investissant dans des projets à l’étranger.

3/ Le défi de l’innovation de rupture

Trois milliards d’euros environ pour la R et D et la R et T (recherche et technologie), c’est ce que Thales consacre à la préparation du futur, souligne-t-on au sein du groupe. Des moyens à la hauteur des ambitions du groupe, semble-t-il. À condition toutefois d’accélérer les phases de développement dans un monde qui va plus vite et, surtout, de sortir le bon produit au bon moment.

Ainsi, le groupe vise plus particulièrement des innovations de rupture pour réussir des percées spectaculaires dans la technologie et conforter la croissance future du groupe. Il doit également garder un ancrage fort dans la défense. Car les militaires sont les seuls encore à prendre aujourd’hui les risques technologiques pour disposer à terme d’un avantage opérationnel qui est déterminant. Le programme spatial StratoBus est l’exemple même d’innovations de rupture que souhaite Thales.

Ce dirigeable stratosphérique stationnaire développé par Thales Alenia Space, est le « futur couteau suisse du spatial » en étant réutilisable, reconfigurable (missions télécoms, optique ou de surveillance des frontières) et, enfin, réparable. Stratobus est un dirigeable d’observation d’une zone de 200 km. Un premier prototype devrait être mis au point en 2018 et, à l’horizon de 2020, le programme devrait être opérationnel.

C’est le cas également des drones sous-marins développés par Thales. À Euronaval 2016, Thales et 19 PME françaises ont présenté un concept unique au monde : l’AUSS (Autonomous Underwater & Surface System), un système de drone hybride à capacité de navigation sous-marine et au-dessus de la surface. L’AUSS peut remplir un large spectre de missions, civiles et militaires : collecte de renseignements, contre-terrorisme maritime, guerre des mines ou surveillance des plateformes pétrolières en mer.

Le groupe travaille également d’arrache-pied sur la distribution du WiFi à très haut débit à bord des avions commerciaux, un programme développé en partenariat avec l’opérateur de satellites luxembourgeois SES. Avec cette offre, les prix du WiFi à bord des avions seront semble-t-il très compétitifs. C’est pour cela que cette innovation de rupture est considérée comme prioritaire par Thales.

4/ Le défi de la révolution numérique

La révolution numérique est l’une des chances de croissance phénoménale de Thales. Patrice Caine, qui l’a bien compris, ne veut rater sous aucun prétexte le train du numérique. Charles Edelstenne, qui a lancé la success-story Dassault Système, ne semble pas s’y opposer. C’est d’ailleurs le grand dessein du patron de Thales, sa pièce maîtresse en matière de stratégie de développement du groupe dans le futur. Thales fera-t-il partie des groupes qui mettront à la retraite les fameux GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon…) ?

Thales dispose en tout cas de nombreux arguments pour réussir. Ce qui ne veut pas dire qu’il y parviendra. Mais le groupe est, et restera, avant tout un groupe de logiciels aussi bien dans le domaine de la défense, de l’aéronautique civile et du transport terrestre. Ainsi, 80% de la valeur ajoutée des programmes vendus à ses clients sont des logiciels, dont 20% de matériels durcis via des systèmes de cybersécurité. De plus, 22.000 personnes environ sur les 62.000 salariés de Thales travaillent dans la R et D (3.000 dans la R et T). Sur ces 22.000, 17.000 sont des ingénieurs travaillant sur des systèmes de logiciel. Si Patrice Caine arrive à libérer les énergies créatives des jeunes ingénieurs, il gagnera son pari.

Pour réussir la rupture vers un monde numérique, le groupe doit donc développer et conserver son expertise digitale dans au moins quatre technologies fondamentales. Ainsi, la maîtrise des technologies liées à la connectivité, qui ont été développées pour les militaires avec la numérisation du champ de bataille, est l’une des conditions de réussite. Notamment en vue de mieux maîtriser l’internet des objets, qui peut faire peur aux industriels soucieux de la cybermenace.

C’est le cas également du big data où Thales a une carte à jouer en développant des algorithmes. Le groupe doit par ailleurs s’aventurer dans le monde encore inconnu de l’intelligence artificielle. Enfin, la cybersécurité reste l’un des atouts compétitifs de Thales, qui propose à tous ses clients en accompagnement de ses programmes, une protection contre la menace cyber. C’est d’ailleurs pour cela que le géant de l’énergie Engie travaille avec Thales.

5/ Le défi du recrutement et des talents

Enfin, comme pour beaucoup d’entreprises françaises et européennes, l’un des défis de Thales pour devenir un acteur majeur du numérique, est de recruter de jeunes talents au cerveau brillant. Ce qui est loin d’être facile face aux Google, Facebook, Apple et consorts qui séduisent  des milliers de jeunes ingénieurs du monde entier grâce à leur marque très emblématique.

C’est une vraie guerre au niveau mondial que se livrent les groupes pour attirer les jeunes ingénieurs les plus talentueux. Thales, comme beaucoup d’autres groupes qui le font, ne devrait-il pas s’intéresser plus aux startups de la French Tech, qui étonnent jusqu’aux Américains ?

Source

18 juin 2021
Intégration du GILEP au sein du GICAT

Le GICAT (Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité Terrestres et Aéroterrestres) signe un protocole d’intégration avec le GILEP (Groupement Interprofessionnel de Logistique et d’Equipements Pétroliers). Ils formalisent ainsi un rapprochement auquel ils travaillent depuis plusieurs mois. Paris, le 17 Juin 2021 – Ce protocole s’inscrit dans la dynamique portée par le ministère des […]

10 juin 2021
Le GICAT et ses adhérents, partenaires de l’armée de Terre et de la DGA pour la journée robotique
A l’occasion de la première journée de la robotique terrestre et aéroterrestre à Satory, le GICAT avec ses membres industriels du groupe de travail Robotique, est aux côtés de l’armée de Terre, de la DGA et de l’Agence de l’innovation de défense (AID) afin de mettre en avant leurs solutions et savoir-faire. Paris, le 10 juin 2021- Aujourd’hui [...]
20 mai 2021
Le GICAT accueille 14 nouveaux adhérents

Le Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité terrestres et aéroterrestres (GICAT) est fier de compter 14 nouveaux membres. Paris, le 20 mai 2021. Vidéosurveillance, sécurité électronique, cyberdéfense, géodatas… à l’occasion de son conseil d’administration du 19 mai dernier, le GICAT qui rassemble déjà plus de 280 industriels, a validé l’adhésion de quatorze […]

7 mai 2021
Le GICAT recherche ses futur(e)s apprenti(e)s

Ressource indispensable aux équipes de la délégation, nous sommes cette année à la recherche quatre alternants pour l’année 2021-2022

25 mars 2021
Le GICAT partenaire de GAI4A : le nouveau pôle d’innovation « équipements terrestres et aéroterrestres » en Ile de France.

Paris, le 25 mars 2021 – L’’armée de Terre a signé hier une convention de partenariat avec l’Institut Polytechnique, l’Université Paris Saclay et le Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité Terrestres et Aéroterrestres (GICAT), à Versailles Satory en vue de la création du pôle d’innovation nommé GAI4A (Groupement Académies, Industries, Ingénieurs d’Ile-de-France […]

25 janvier 2021
Discours des vœux du Président du GICAT

Paris – le 25 janvier 2021 – Le 20 janvier dernier, Marc Darmon adressait ses vœux aux adhérents du groupement. L’occasion de faire le point sur une année 2020 difficile et d’ouvrir de nouvelles perspectives pour 2021. Ci-dessous l’intégralité de son discours. « 2020 a été une année de crise sanitaire et économique majeure, une année […]

18 janvier 2021
Marc Darmon, Président du GICAT, répond à la Revue de la Gendarmerie Royale Marocaine

ANALYSE DE L’EXPERT : M.MARC DARMON Directeur général adjoint du Groupe Thales* Président du Groupement des industries Françaises de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres (GICAT) Aujourd’hui, nous assistons à une technologisation fulgurante du domaine de la sécurité. Pourriez-vous, Monsieur, nous en parler davantage et nous pré- senter les liens existant entre la technologie […]

11 janvier 2021
Travaux du groupe de travail Munitions REACH du GICAT

Le groupe de travail Munitions REACH du GICAT piloté par Mme Joëlle Pinchot (Etienne LACROIX) réunit des experts des sociétés LACROIX, MBDA-FRANCE, NEXTER-MUNITIONS, ARIANE GROUP, DAVEY BICKFORD, THALES LAS France, AIRBUS Defence & Space et JUNGHANS-T2M. Il a rédigé une quatrième version du guide professionnel relatif à la détermination du statut des munitions et composants […]

20 octobre 2020
Generate logo 1700x450 CANVA
Decouvrez la 9e promotion de Generate

Après sélection d’un jury présidé par Luc Renouil, président de la commission R&TI, le GICAT a le plaisir de vous présenter la neuvième promotion de start-up qui nous rejoignent en octobre 2020 : ADAGOS développe NeurEco, une IA parcimonieuse qui repose sur un nombre réduit de connexions neuronales. Elle permet de réduire le volume de données d’apprentissage et […]

24 septembre 2020
Cérémonie de signature de la charte de partenariat du MCO terrestre et lancement du FED 2021

Cérémonie de signature de la charte de partenariat du Maintien en Condition Opérationnelle (MCO) terrestre et lancement du Forum Entreprises Défense (FED) 2021 Paris – Le jeudi 24 septembre 2020 – Quinze adhérents du GICAT* (Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité terrestres et aéroterrestres) ont répondu à l’invitation du Président du GICAT, […]

23 juillet 2021
Andera Partners et Bpifrance réalisent l’acquisition de MC2 Technologies et lui permettent de retrouver un actionnariat 100% français

Andera Expansion, l’équipe d’Andera Partners dédiée au small-mid cap, et Bpifrance acquièrent le spécialiste des technologies hyperfréquences dédiées à la lutte anti-drones et à la détection d’objets cachés, aux côtés de son équipe de management, via un tour de table supérieur à 50M€ Paris et Villeneuve d’ascq, le 22 juillet 2021 – Andera Partners, acteur de premier […]

16 juillet 2021
CERBAIR intègre le programme European Defence Industrial Development Program (EDIDP-CUAS-2020) avec 38 fleurons de l’industrie continentale

Afin de soutenir la compétitivité et la capacité d’innovation de l’industrie de la défense de l’UE, la Commission a adopté le 30 juin dernier un programme de travail annuel du Fonds européen de la défense (FED) qui ouvre la voie au lancement immédiat de 23 appels à propositions pour un montant total de 1,2 milliards d’euros de financement de […]

9 juillet 2021
Arquus présente ses innovations lors du Technodays 2021

Les 6 et 7 juillet 2021, Arquus organise la troisième édition des Technodays, journées consacrées à l’innovation dans le domaine de la Défense terrestre. A cette occasion, l’entreprise présente le fruit du travail réalisé au cours des deux dernières années dans des domaines d’avenir allant de la génération d’énergie en opération à l’ingénierie du Soutien. Ces Technodays 2021 sont l’occasion de […]

2 juillet 2021
Nexter et CKP Engineering expérimentent la maintenance prédictive sur le char Leclerc

La structure intégrée de maintien en condition opérationnelle des matériels terrestres (SIMMT) a notifié Nexter et CKP Engineering d’un marché d’expérimentation de la maintenance prédictive sur le char Leclerc. Le projet est né en mars 2020, soit quelques mois après le Forum entreprises défense (FED) au cours duquel CKP Engineering était accueilli par le MCO-T […]

30 juin 2021
Centigon France est fière de participer une nouvelle fois au SOFINS, ce rendez-vous incontournable de l’industrie de haute technologie et des forces spéciales.

Pour SOFINS notamment, accompagné par les équipes du GIGN, nous avons le plaisir de pouvoir présenter l’ADN de Centigon France : notre gamme “FORTRESS”, la version blindée du fameux SUV Land Cruiser 200 / 300. C’est l’une des meilleures représentations capacitaires de Centigon France, un modèle reconnu pour sa robustesse et ses capacités de franchissement. Il […]

18 juin 2021
LA FONDATION DU PATRIMOINE D’ARQUUS INAUGURE SON CONSERVATOIRE

Créé il y a un an, le Fonds de dotation d’ARQUUS pour le Patrimoine inaugure le 17 juin à Garchizy (Nièvre) le Conservatoire d’ARQUUS. Ce Conservatoire a pour objectif d’inventorier, répertorier, contextualiser, mettre en valeur et présenter les objets, documents, véhicules constituant l’histoire d’Arquus ou des marques historiques qui font partie de l’héritage de l’entreprise. […]

11 juin 2021
Arquus renouvelle sa prestation d’audit de parc

Depuis plus de 10 ans, Arquus réalise des prestations d’audit de parc, dans le but d’accompagner ses clients dans la remise en état opérationnel de leurs véhicules. Ces prestations s’appuient sur l’expertise technique de l’entreprise et sur son savoir-faire unique en matière d’assistance, construit dans la durée au plus près des forces. Au fil des années, cette prestation a été déployée sur […]

8 juin 2021
CERBAIR choisit le Maroc pour y implanter sa filiale Afrique.

Montrouge : depuis 2015, CERBAIR se concentre exclusivement sur le développement de solutions de lutte anti-drone complètes. En améliorant constamment ses solutions en coopération avec ses utilisateurs exigeants, CERBAIR fournit des systèmes éprouvés, conçus, fabriqués en France et réputés pour leur fiabilité, leur flexibilité et leur accessibilité. Les actualités évoquant des actes malveillants impliquant des drones, […]

7 juin 2021
Ouvry reprend la société iséroise Sulitec et complète son offre de protection individuelle NRBCe avec la protection et l’isolation thermiques haute température

Le groupe Ouvry (Lyon), PME spécialisée à l’origine dans les systèmes de protection corporelle NRBC, de protection respiratoire (masques, filtres…) et dans la décontamination NRBC, annonce le rachat de Sulitec (38, Saint-Alban-de-Roche), spécialiste de la protection et l’isolation haute température à base de textiles techniques ou de composites intégrant des résines minérales. Ouvry complète et élargit ainsi son offre […]

5 mai 2021
CERBAIR met en ligne son nouveau site web

____________ Montrouge : Le nouveau site internet a été conçu pour offrir une expérience unique de navigation et des fonctionnalités améliorées tout en permettant aux clients de se familiariser avec la gamme complète de produits conçus par CERBAIR. À la fois reflet de l’activité de la société et de sa clientèle, il offre également un […]

X