De nouvelles voies d’efficience pour la filière industrielle de sécurité
06 Avr 2017

De nouvelles voies d’efficience pour la filière industrielle de sécurité

Par Stéphane Schmoll, conseiller de Deveryware et Président de la commission stratégique du CICS

Les pôles de compétitivité ont été créés en 2005, l’Agence nationale de la recherche en 2005, le Commissariat général à l’investissement en 2010. En fait, cela fait des décennies que l’on peaufine un modèle généreux voire pléthorique d’encouragement à la R&D. Dans le cas de la filière de sécurité, la montée des risques et menaces se combine aux contraintes d’efficience budgétaire, mais l’évaluation est trop limitée et pourrait décevoir. Il est urgent d’expérimenter une gouvernance commune qui innove dans l’intérêt général.

La machine à gaspiller et rater la cible

Le système actuel prône le développement de solutions à chaque besoin identifié, dans le meilleur des cas par intégration de sous-systèmes ou composants uniques, plus souvent par simple addition, et parfois par concertation minimale.

La plupart des consortiums des projets se forment le plus souvent par la rencontre d’académiques, de PME, de quelques ETI, de gros intégrateurs et d’utilisateurs qui décident de mettre bout-à-bout leurs savoir-faire pour développer une réponse à un besoin précis. Souvent, ces projets assemblent un type de capteur, un matériel et un logiciel de traitement, une interface homme-machine avec une ergonomie, le tout pour un cas d’usage bien déterminé.

Le temps de cycle du projet comprend généralement six mois pour décrire le projet et le faire labelliser par un ou plusieurs comités d’évaluation, six mois pour obtenir le financement, trois ans pour développer le projet, au moins un an pour l’industrialiser et une autre année pour espérer une première commande de l’utilisateur final. Soit au total 6 années pendant lesquelles les besoins, les technologies, les solutions concurrentes voire la réglementation applicable évoluent constamment. Quant aux hommes impliqués et motivés par ces projets, que ce soient les utilisateurs, les décideurs concernés et les développeurs industriels eux-mêmes, ils changent également d’attributions et leurs successeurs n’épousent pas automatiquement les mêmes visions.

Il en résulte qu’il y a peu de chances que les projets débouchent. En effet, si par exemple chacun  d’entre eux est composé de 6 maillons qui ont 30% de chances d’évoluer au cours du projet, cette chaîne n’aura que 12% de probabilité de résister aux aléas et d’atteindre ses objectifs !

A la recherche de l’efficience

On peut s’interroger sur le retour sur investissement des fonds publics consacrés à ces projets. Il ne faut surtout pas cracher dans la soupe et louer l’existence et la dynamique des systèmes de guichets de type ANR, FUI, RAPID et désormais PIA. Ils encouragent la mise en réseau des acteurs : utilisateurs, académiques et industriels, tout en leur apportant de la charge de travail financée souvent bienvenue.  L’évaluation de ces investissements est toutefois faible ou inexistante, alors que l’efficience doit constituer le fil conducteur de la filière de sécurité, avec des créations d’emplois substantielles, l’émergence de PME et d’ETI, des commandes d’opérateurs publics et privés et enfin la consécration à l’export.

Une solution salutaire et innovante

Pour y parvenir plus probablement, il faudrait disposer de plusieurs variantes de chaque maillon afin de pouvoir les assembler par un méthode agile pour mieux répondre non seulement au besoin initial et à son évolution au fil des années, mais aussi à des besoins comparables d’autres utilisateurs.

Les schémas simplifiés ci-contre illustrent le concept. Dans le cas classique, le projet intègre verticalement 4 composants pour satisfaire un besoin précis. Dans le schéma d’innovation pragmatique, différentes combinaisons de différents composants de chaque type permettent de constituer une palette de solutions à plusieurs besoins éventuels.

Les projets devraient constituer des boîtes à outils auxquelles contribueraient des composants paraissant concurrents vu de loin mais qui en réalité ont chacun des avantages et inconvénients (techniques, économiques, juridiques…) selon le cas d’usage et les utilisateurs. Un intégrateur ou tout autre partie sachante et objective assurerait au cours et en sortie du projet l’ajustement de la combinaison adaptée à chaque cas d’usage. C’est aussi un moyen de pallier aux possibles défaillances d’un partenaire ou d’une technologie.

Une telle pratique vient d’être proposée dans un projet PIAVE visant à contrôler la circulation des personnes sur les sites sensibles, avec précisément des choix flexibles de capteurs de localisation, de réseaux de transmission et de systèmes de lever de doute afin de coller au mieux à une variété de besoins et de contraintes.

La généralisation d’une telle pratique maximaliserait le retour sur investissement des projets, à la fois pour ses participants et pour les fonds publics. Rester à inventer une gouvernance-type y parvenir sans trop frustrer les parties. Et on pourrait en profiter pour mettre enfin en cohérence la future politique industrielle du COFIS, les feuilles de route des pôles de compétitivité et les guichets nationaux ANR, FUI, RAPID, PIA … à leurs tranches de TRL respectives en mutualisant les multiples comités d’analyse, d’expertise et de décision dans une autorité commune, ce qui ferait gagner du temps et de l’efficacité aux experts qui y consacrent des dizaines de milliers d’heures parfois stériles. Ce serait parfaitement compatible avec la nécessité d’explorer des voies scientifiques aux TRL bas et celle de fabriquer aux TRL hauts des solutions industrielles opérationnelles et rentables. Peut-être une des raisons de créer une Agence générale de la sécurité inspirée de la DGA voire rassemblée avec elle, à laquelle coopéreraient des représentants du COFIS et du CICS, rendus ainsi plus opérants.

Des plateformes de référence

En admettant que la filière parvienne ainsi à optimiser l’efficacité de ses ressources publiques et privées dans la phase de recherche & développement, on pourra encore optimiser le test, le déploiement opérationnel, la certification et peut-être même la commercialisation des solutions.

Les projets de plateformes peuvent y apporter des réponses séduisantes, moyennant certains aménagements. Depuis quelques années, près d’une quarantaine de plateformes d’innovation désormais mutualisées ont été créées par le FUI pour mutualiser les moyens d’essai et développer des prototypes et préséries, voire de servir de « living labs »  avant l’industrialisation et la mise sur le marché. Mais pratiquement aucune n’a été jusqu’à présent été consacrée à des solutions de sécurité, alors que le concept avait été proposé dès 2010 dans les travaux menés sous l’égide du SGDSN consacrés à des feuilles de route technologiques nationales qui ont préfiguré la création de la filière.

Indépendamment du mode de financement, actuellement limité, il serait donc judicieux de mettre en place des plateformes dédiées à des usages de sécurité, qui soient capables de parangonner différents composants, sous-systèmes ou systèmes dans des environnements proches de la réalité et de ses divers cas d’usage et contraintes. Cela fournirait des référentiels objectifs de test, de validation voire de certification pouvant déboucher sur des propositions de normes nationales puis internationales illustrant l’excellence française. Cela favoriserait aussi la mutualisation des solutions, donc l’efficience, au sein des utilisateurs publics (à travers l’UGAP) et privés, ainsi que l’exportation de nos entreprises en s’appuyant sur des vitrines nationales.

En matière de sécurité, les questions juridiques, en particulier pour assurer le respect des libertés individuelles, constituent souvent un frein à l’innovation. Profitons-en donc pour concentrer sur ces plateformes d’évaluation opérationnelle et de certification (PEOCE) l’expérimentation de solutions audacieuses cherchant à apporter les garanties nécessaires en combinant « privacy by design » et  études d’impact conformément au RGPD.  Au-delà des dialogues longs et délicats avec la CNIL, la filière de sécurité gagnerait à solliciter le guichet France Expérimentation qui, à l’instar de méthodes pratiquées au Japon, au R-U ou en Australie, permettent d’expérimenter des solutions innovantes dérogeant aux lois et règlements en vigueur dans des conditions bien précises concentrées dans le temps et l’espace d’une collectivité territoriale. Bien des décideurs s’abritent fréquemment derrière le principe de précaution mais la plupart ignorent cette voie permise depuis 2003 par l’article 37-1 de notre constitution.

Enfin, un montage économique adapté pourrait permettre aux opérateurs de ces plateformes de louer des services opérationnels, comme cela se fait dans le bâtiment autour des solutions d’incendie ou de serrurerie.

Il faut démultiplier les embryons existants de telles plateformes de sécurité, en s’appuyant sur des clusters de compétences déjà affirmés autour d’acteurs territoriaux de statuts divers. A titre d’exemple, une PEOC dédiée aux drones pourrait être implantée sur la nouvelle base de sécurité civile de Nîmes, dans un territoire qui rassemble de nombreux acteurs spécialisés, dont le pôle Safe, avec des besoins très larges et une géographie représentatifs des multiples cas et contraintes d’usage des drones. D’autres PEOCE pourraient être mises en place en France sur des sujets tels que la videosurveillance/videodétection, les balises de tracking, la cyberprotection, etc.

Notre pays possède tous les atouts nécessaires pour accélérer les débouchés de sa filière industrielle de sécurité tout en maximalisant l’efficience et la confiance, avec une mobilisation accrue de acteurs du COFIS et du CICS.

 

 

 

Source

18 juin 2021
Intégration du GILEP au sein du GICAT

Le GICAT (Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité Terrestres et Aéroterrestres) signe un protocole d’intégration avec le GILEP (Groupement Interprofessionnel de Logistique et d’Equipements Pétroliers). Ils formalisent ainsi un rapprochement auquel ils travaillent depuis plusieurs mois. Paris, le 17 Juin 2021 – Ce protocole s’inscrit dans la dynamique portée par le ministère des […]

10 juin 2021
Le GICAT et ses adhérents, partenaires de l’armée de Terre et de la DGA pour la journée robotique
A l’occasion de la première journée de la robotique terrestre et aéroterrestre à Satory, le GICAT avec ses membres industriels du groupe de travail Robotique, est aux côtés de l’armée de Terre, de la DGA et de l’Agence de l’innovation de défense (AID) afin de mettre en avant leurs solutions et savoir-faire. Paris, le 10 juin 2021- Aujourd’hui [...]
20 mai 2021
Le GICAT accueille 14 nouveaux adhérents

Le Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité terrestres et aéroterrestres (GICAT) est fier de compter 14 nouveaux membres. Paris, le 20 mai 2021. Vidéosurveillance, sécurité électronique, cyberdéfense, géodatas… à l’occasion de son conseil d’administration du 19 mai dernier, le GICAT qui rassemble déjà plus de 280 industriels, a validé l’adhésion de quatorze […]

7 mai 2021
Le GICAT recherche ses futur(e)s apprenti(e)s

Ressource indispensable aux équipes de la délégation, nous sommes cette année à la recherche quatre alternants pour l’année 2021-2022

25 mars 2021
Le GICAT partenaire de GAI4A : le nouveau pôle d’innovation « équipements terrestres et aéroterrestres » en Ile de France.

Paris, le 25 mars 2021 – L’’armée de Terre a signé hier une convention de partenariat avec l’Institut Polytechnique, l’Université Paris Saclay et le Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité Terrestres et Aéroterrestres (GICAT), à Versailles Satory en vue de la création du pôle d’innovation nommé GAI4A (Groupement Académies, Industries, Ingénieurs d’Ile-de-France […]

25 janvier 2021
Discours des vœux du Président du GICAT

Paris – le 25 janvier 2021 – Le 20 janvier dernier, Marc Darmon adressait ses vœux aux adhérents du groupement. L’occasion de faire le point sur une année 2020 difficile et d’ouvrir de nouvelles perspectives pour 2021. Ci-dessous l’intégralité de son discours. « 2020 a été une année de crise sanitaire et économique majeure, une année […]

18 janvier 2021
Marc Darmon, Président du GICAT, répond à la Revue de la Gendarmerie Royale Marocaine

ANALYSE DE L’EXPERT : M.MARC DARMON Directeur général adjoint du Groupe Thales* Président du Groupement des industries Françaises de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres (GICAT) Aujourd’hui, nous assistons à une technologisation fulgurante du domaine de la sécurité. Pourriez-vous, Monsieur, nous en parler davantage et nous pré- senter les liens existant entre la technologie […]

11 janvier 2021
Travaux du groupe de travail Munitions REACH du GICAT

Le groupe de travail Munitions REACH du GICAT piloté par Mme Joëlle Pinchot (Etienne LACROIX) réunit des experts des sociétés LACROIX, MBDA-FRANCE, NEXTER-MUNITIONS, ARIANE GROUP, DAVEY BICKFORD, THALES LAS France, AIRBUS Defence & Space et JUNGHANS-T2M. Il a rédigé une quatrième version du guide professionnel relatif à la détermination du statut des munitions et composants […]

20 octobre 2020
Generate logo 1700x450 CANVA
Decouvrez la 9e promotion de Generate

Après sélection d’un jury présidé par Luc Renouil, président de la commission R&TI, le GICAT a le plaisir de vous présenter la neuvième promotion de start-up qui nous rejoignent en octobre 2020 : ADAGOS développe NeurEco, une IA parcimonieuse qui repose sur un nombre réduit de connexions neuronales. Elle permet de réduire le volume de données d’apprentissage et […]

24 septembre 2020
Cérémonie de signature de la charte de partenariat du MCO terrestre et lancement du FED 2021

Cérémonie de signature de la charte de partenariat du Maintien en Condition Opérationnelle (MCO) terrestre et lancement du Forum Entreprises Défense (FED) 2021 Paris – Le jeudi 24 septembre 2020 – Quinze adhérents du GICAT* (Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité terrestres et aéroterrestres) ont répondu à l’invitation du Président du GICAT, […]

23 juillet 2021
Andera Partners et Bpifrance réalisent l’acquisition de MC2 Technologies et lui permettent de retrouver un actionnariat 100% français

Andera Expansion, l’équipe d’Andera Partners dédiée au small-mid cap, et Bpifrance acquièrent le spécialiste des technologies hyperfréquences dédiées à la lutte anti-drones et à la détection d’objets cachés, aux côtés de son équipe de management, via un tour de table supérieur à 50M€ Paris et Villeneuve d’ascq, le 22 juillet 2021 – Andera Partners, acteur de premier […]

16 juillet 2021
CERBAIR intègre le programme European Defence Industrial Development Program (EDIDP-CUAS-2020) avec 38 fleurons de l’industrie continentale

Afin de soutenir la compétitivité et la capacité d’innovation de l’industrie de la défense de l’UE, la Commission a adopté le 30 juin dernier un programme de travail annuel du Fonds européen de la défense (FED) qui ouvre la voie au lancement immédiat de 23 appels à propositions pour un montant total de 1,2 milliards d’euros de financement de […]

9 juillet 2021
Arquus présente ses innovations lors du Technodays 2021

Les 6 et 7 juillet 2021, Arquus organise la troisième édition des Technodays, journées consacrées à l’innovation dans le domaine de la Défense terrestre. A cette occasion, l’entreprise présente le fruit du travail réalisé au cours des deux dernières années dans des domaines d’avenir allant de la génération d’énergie en opération à l’ingénierie du Soutien. Ces Technodays 2021 sont l’occasion de […]

2 juillet 2021
Nexter et CKP Engineering expérimentent la maintenance prédictive sur le char Leclerc

La structure intégrée de maintien en condition opérationnelle des matériels terrestres (SIMMT) a notifié Nexter et CKP Engineering d’un marché d’expérimentation de la maintenance prédictive sur le char Leclerc. Le projet est né en mars 2020, soit quelques mois après le Forum entreprises défense (FED) au cours duquel CKP Engineering était accueilli par le MCO-T […]

30 juin 2021
Centigon France est fière de participer une nouvelle fois au SOFINS, ce rendez-vous incontournable de l’industrie de haute technologie et des forces spéciales.

Pour SOFINS notamment, accompagné par les équipes du GIGN, nous avons le plaisir de pouvoir présenter l’ADN de Centigon France : notre gamme “FORTRESS”, la version blindée du fameux SUV Land Cruiser 200 / 300. C’est l’une des meilleures représentations capacitaires de Centigon France, un modèle reconnu pour sa robustesse et ses capacités de franchissement. Il […]

18 juin 2021
LA FONDATION DU PATRIMOINE D’ARQUUS INAUGURE SON CONSERVATOIRE

Créé il y a un an, le Fonds de dotation d’ARQUUS pour le Patrimoine inaugure le 17 juin à Garchizy (Nièvre) le Conservatoire d’ARQUUS. Ce Conservatoire a pour objectif d’inventorier, répertorier, contextualiser, mettre en valeur et présenter les objets, documents, véhicules constituant l’histoire d’Arquus ou des marques historiques qui font partie de l’héritage de l’entreprise. […]

11 juin 2021
Arquus renouvelle sa prestation d’audit de parc

Depuis plus de 10 ans, Arquus réalise des prestations d’audit de parc, dans le but d’accompagner ses clients dans la remise en état opérationnel de leurs véhicules. Ces prestations s’appuient sur l’expertise technique de l’entreprise et sur son savoir-faire unique en matière d’assistance, construit dans la durée au plus près des forces. Au fil des années, cette prestation a été déployée sur […]

8 juin 2021
CERBAIR choisit le Maroc pour y implanter sa filiale Afrique.

Montrouge : depuis 2015, CERBAIR se concentre exclusivement sur le développement de solutions de lutte anti-drone complètes. En améliorant constamment ses solutions en coopération avec ses utilisateurs exigeants, CERBAIR fournit des systèmes éprouvés, conçus, fabriqués en France et réputés pour leur fiabilité, leur flexibilité et leur accessibilité. Les actualités évoquant des actes malveillants impliquant des drones, […]

7 juin 2021
Ouvry reprend la société iséroise Sulitec et complète son offre de protection individuelle NRBCe avec la protection et l’isolation thermiques haute température

Le groupe Ouvry (Lyon), PME spécialisée à l’origine dans les systèmes de protection corporelle NRBC, de protection respiratoire (masques, filtres…) et dans la décontamination NRBC, annonce le rachat de Sulitec (38, Saint-Alban-de-Roche), spécialiste de la protection et l’isolation haute température à base de textiles techniques ou de composites intégrant des résines minérales. Ouvry complète et élargit ainsi son offre […]

5 mai 2021
CERBAIR met en ligne son nouveau site web

____________ Montrouge : Le nouveau site internet a été conçu pour offrir une expérience unique de navigation et des fonctionnalités améliorées tout en permettant aux clients de se familiariser avec la gamme complète de produits conçus par CERBAIR. À la fois reflet de l’activité de la société et de sa clientèle, il offre également un […]

X