Comment la France garde une influence chez Airbus, Dassault, Safran, Thales…
27 Jan 2017

Comment la France garde une influence chez Airbus, Dassault, Safran, Thales…

La Cour des comptes a décerné un satisfecit à l’État actionnaire pour la gestion de ses participations dans la défense et l’aéronautique. En dépit de la cession régulière de ses participations, la protection des intérêts nationaux reste une préoccupation constante de l’État.
Contrairement à d’autres secteurs, la Cour des comptes a décerné un satisfecit à l’État actionnaire pour la gestion de ses participations dans la défense et l’aéronautique. Ce qui n’avait pas été le cas en 2013. Selon les sages de la rue Cambon, cette gestion a abouti à « des résultats positifs, en particulier pour les anciens arsenaux transformés en sociétés (DCNS et GIAT Industries, ndlr), qui ont pu mener leur restructuration tout en conservant des compétences de pointe reconnues internationalement ». C’est notamment le cas chez GIAT-Industries, dont la principale filiale Nexter a formé avec Krauss-Maffei Wegmann un champion franco-allemand dans les blindés, et DCNS.

L’État a apporté « la preuve de son aptitude à accompagner la transformation des entreprises qu’il détient, et à prendre en compte leurs enjeux de développement », juge la Cour des comptes dans un rapport sur l’État actionnaire publié mercredi.
Ainsi, dans les secteurs de la défense et de l’aéronautique, l’État a mieux réussi à concilier des objectifs aussi variés que les intérêts essentiels de la Nation, les intérêts de l’État client, les intérêts patrimoniaux de l’État actionnaire, note-t-elle. Si les différents gouvernements ont consenti, depuis le début des années 2000, à une réduction au capital et de leur influence de l’État dans ses entreprises, « ce retrait ordonné a contribué à la consolidation européenne des sociétés de défense », estiment les auteurs du rapport. Les principales participations de l’Etat dans ce secteur sont GIAT Industries (100%), DCNS (62,50%), Thales (26%), Safran (15,39%) et Airbus Group (10,94%).

Comment Paris garde une influence dans les groupes stratégiques
En dépit de la cession régulière de ses participations, la protection des intérêts nationaux reste une préoccupation constante de l’État. Cela passe désormais par la mobilisation d’une palette variée d’outils juridiques et financiers que la puissance publique a mise en place : détention minoritaire de capital (Airbus, Safran, Thales), actions spécifiques (Nexter, Thales), conventions de protection d’actifs (Airbus, MBDA, Nexter, Safran, Thales), pactes d’actionnaires (Airbus, Dassault, Thales), réglementation des investissements étrangers…

Aujourd’hui, plus spécifiquement, l’État pourra peser sur l’avenir de Dassault Aviation à la mort de Serge Dassault et protéger ses intérêts stratégiques. En juin 2013, l’acquisition d’une action de l’avionneur lui a permis de conclure une convention avec le Groupe Industriel Marcel Dassault, actionnaire majoritaire de Dassault Aviation. « Cette évolution récente marque une amélioration par rapport à celle relevée par la Cour en 2013 », estiment les sages de la rue Cambon.

En revanche, la Cour des Comptes s’étonne du rôle des États dans Airbus. Elle juge la « situation atypique où les trois États actionnaires (Allemagne, France et Espagne) ne sont pas représentés au conseil d’administration bien qu’ils détiennent à eux trois plus de 25,9% du capital ». Pour autant, l’État français dispose d’une convention de protection de ses actifs stratégiques. Il a d’ailleurs signé plusieurs accords avec Airbus : un accord de sécurité général, un accord dit « Contrat de missiles balistiques » et, un accord concernant MBDA, un contrat tripartite entre Airbus, MBDA et l’État. Enfin, un pacte d’actionnaires a été conclu entre GZBV (Allemagne), SEPI (Espagne) et Sogepa (France).

Enfin, l’État garde une influence directe via le financement des études amont et la politique d’acquisition de matériels pour favoriser l’innovation et la croissance d’un secteur, souvent caractérisé par la dualité civile et militaire des technologies. Avec un volume annuel de dépenses de l’ordre de 16 milliards d’euros, l’État dispose en effet d’un outil essentiel pour peser sur la stratégie de ces groupes : 11 milliards d’euros pour l’équipement des forces et les études amont, 4 milliards pour le maintien en condition opérationnelle des matériels et 1 milliard pour les infrastructures. Le soutien des matériels militaires par l’État est également crucial pour les exportations.

Comment l’État gère l’articulation des différents objectifs
Lorsqu’il est actionnaire, l’État doit concilier des intérêts potentiellement en conflit : intérêts stratégiques de souveraineté, intérêts de l’État client, représentant parfois une part prépondérante du chiffre d’affaires à l’image de DCNS, et intérêts patrimoniaux de l’État actionnaire. Cela passe par une coordination étroite entre l’Agence des participations de l’État (APE) et la direction générale de l’armement (DGA), qui avait fait parfois défaut dans le passé. Ainsi, en février 2012, sur les six administrateurs de Nexter représentants l’Etat, trois ont voté pour une prise de participation dans Manurhin, deux se sont abstenus et un a voté contre. Les abstentions et l’opposition provenaient des trois représentants de l’APE.

« La situation s’est améliorée depuis », observe la Cour des comptes. L’ordonnance du 20 août 2014 sur la gouvernance et les opérations de capital des sociétés à participations publiques a apporté « des clarifications utiles », juge-t-elle. Mais sa portée est limitée dans le secteur de la défense, dans la mesure où elle n’est pas applicable au sein des groupes dont la holding de tête a son siège social à l’étranger (Airbus, Nexter) et où elle ne devrait être mise en œuvre chez Thales qu’en 2017.

L’État acheteur parvient également à gérer des intérêts publics parfois contradictoires : disposer du meilleur rapport qualité-prix pour des matériels disponibles suffisamment tôt, engager une ressource financière compatible avec la trajectoire budgétaire, s’assurer que les décisions d’achat sont compatibles, d’une part, avec le maintien à moyen et long terme d’une base industrielle et technologique de défense (BITD) sur le sol français, avec un niveau suffisant de compétences et de capacités, et, d’autre part, pour garantir l’indépendance des approvisionnements des armées en matériels stratégiques.

L’État peine à imposer sa politique de rémunération
S’agissant du choix des dirigeants et de leur rémunération, on constate des pratiques contrastées selon les groupes, note la Cour des Comptes. D’une manière générale, l’État peine à imposer sa politique en matière de rémunération, qui s’écarte des pratiques d’un marché des dirigeants mondialisé, ce qui le met en position minoritaire lors des votes aux assemblées d’actionnaires, écrit-elle.

 

Source

18 juin 2021
Intégration du GILEP au sein du GICAT

Le GICAT (Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité Terrestres et Aéroterrestres) signe un protocole d’intégration avec le GILEP (Groupement Interprofessionnel de Logistique et d’Equipements Pétroliers). Ils formalisent ainsi un rapprochement auquel ils travaillent depuis plusieurs mois. Paris, le 17 Juin 2021 – Ce protocole s’inscrit dans la dynamique portée par le ministère des […]

10 juin 2021
Le GICAT et ses adhérents, partenaires de l’armée de Terre et de la DGA pour la journée robotique
A l’occasion de la première journée de la robotique terrestre et aéroterrestre à Satory, le GICAT avec ses membres industriels du groupe de travail Robotique, est aux côtés de l’armée de Terre, de la DGA et de l’Agence de l’innovation de défense (AID) afin de mettre en avant leurs solutions et savoir-faire. Paris, le 10 juin 2021- Aujourd’hui [...]
20 mai 2021
Le GICAT accueille 14 nouveaux adhérents

Le Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité terrestres et aéroterrestres (GICAT) est fier de compter 14 nouveaux membres. Paris, le 20 mai 2021. Vidéosurveillance, sécurité électronique, cyberdéfense, géodatas… à l’occasion de son conseil d’administration du 19 mai dernier, le GICAT qui rassemble déjà plus de 280 industriels, a validé l’adhésion de quatorze […]

7 mai 2021
Le GICAT recherche ses futur(e)s apprenti(e)s

Ressource indispensable aux équipes de la délégation, nous sommes cette année à la recherche quatre alternants pour l’année 2021-2022

25 mars 2021
Le GICAT partenaire de GAI4A : le nouveau pôle d’innovation « équipements terrestres et aéroterrestres » en Ile de France.

Paris, le 25 mars 2021 – L’’armée de Terre a signé hier une convention de partenariat avec l’Institut Polytechnique, l’Université Paris Saclay et le Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité Terrestres et Aéroterrestres (GICAT), à Versailles Satory en vue de la création du pôle d’innovation nommé GAI4A (Groupement Académies, Industries, Ingénieurs d’Ile-de-France […]

25 janvier 2021
Discours des vœux du Président du GICAT

Paris – le 25 janvier 2021 – Le 20 janvier dernier, Marc Darmon adressait ses vœux aux adhérents du groupement. L’occasion de faire le point sur une année 2020 difficile et d’ouvrir de nouvelles perspectives pour 2021. Ci-dessous l’intégralité de son discours. « 2020 a été une année de crise sanitaire et économique majeure, une année […]

18 janvier 2021
Marc Darmon, Président du GICAT, répond à la Revue de la Gendarmerie Royale Marocaine

ANALYSE DE L’EXPERT : M.MARC DARMON Directeur général adjoint du Groupe Thales* Président du Groupement des industries Françaises de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres (GICAT) Aujourd’hui, nous assistons à une technologisation fulgurante du domaine de la sécurité. Pourriez-vous, Monsieur, nous en parler davantage et nous pré- senter les liens existant entre la technologie […]

11 janvier 2021
Travaux du groupe de travail Munitions REACH du GICAT

Le groupe de travail Munitions REACH du GICAT piloté par Mme Joëlle Pinchot (Etienne LACROIX) réunit des experts des sociétés LACROIX, MBDA-FRANCE, NEXTER-MUNITIONS, ARIANE GROUP, DAVEY BICKFORD, THALES LAS France, AIRBUS Defence & Space et JUNGHANS-T2M. Il a rédigé une quatrième version du guide professionnel relatif à la détermination du statut des munitions et composants […]

20 octobre 2020
Generate logo 1700x450 CANVA
Decouvrez la 9e promotion de Generate

Après sélection d’un jury présidé par Luc Renouil, président de la commission R&TI, le GICAT a le plaisir de vous présenter la neuvième promotion de start-up qui nous rejoignent en octobre 2020 : ADAGOS développe NeurEco, une IA parcimonieuse qui repose sur un nombre réduit de connexions neuronales. Elle permet de réduire le volume de données d’apprentissage et […]

24 septembre 2020
Cérémonie de signature de la charte de partenariat du MCO terrestre et lancement du FED 2021

Cérémonie de signature de la charte de partenariat du Maintien en Condition Opérationnelle (MCO) terrestre et lancement du Forum Entreprises Défense (FED) 2021 Paris – Le jeudi 24 septembre 2020 – Quinze adhérents du GICAT* (Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité terrestres et aéroterrestres) ont répondu à l’invitation du Président du GICAT, […]

23 juillet 2021
Andera Partners et Bpifrance réalisent l’acquisition de MC2 Technologies et lui permettent de retrouver un actionnariat 100% français

Andera Expansion, l’équipe d’Andera Partners dédiée au small-mid cap, et Bpifrance acquièrent le spécialiste des technologies hyperfréquences dédiées à la lutte anti-drones et à la détection d’objets cachés, aux côtés de son équipe de management, via un tour de table supérieur à 50M€ Paris et Villeneuve d’ascq, le 22 juillet 2021 – Andera Partners, acteur de premier […]

16 juillet 2021
CERBAIR intègre le programme European Defence Industrial Development Program (EDIDP-CUAS-2020) avec 38 fleurons de l’industrie continentale

Afin de soutenir la compétitivité et la capacité d’innovation de l’industrie de la défense de l’UE, la Commission a adopté le 30 juin dernier un programme de travail annuel du Fonds européen de la défense (FED) qui ouvre la voie au lancement immédiat de 23 appels à propositions pour un montant total de 1,2 milliards d’euros de financement de […]

9 juillet 2021
Arquus présente ses innovations lors du Technodays 2021

Les 6 et 7 juillet 2021, Arquus organise la troisième édition des Technodays, journées consacrées à l’innovation dans le domaine de la Défense terrestre. A cette occasion, l’entreprise présente le fruit du travail réalisé au cours des deux dernières années dans des domaines d’avenir allant de la génération d’énergie en opération à l’ingénierie du Soutien. Ces Technodays 2021 sont l’occasion de […]

2 juillet 2021
Nexter et CKP Engineering expérimentent la maintenance prédictive sur le char Leclerc

La structure intégrée de maintien en condition opérationnelle des matériels terrestres (SIMMT) a notifié Nexter et CKP Engineering d’un marché d’expérimentation de la maintenance prédictive sur le char Leclerc. Le projet est né en mars 2020, soit quelques mois après le Forum entreprises défense (FED) au cours duquel CKP Engineering était accueilli par le MCO-T […]

30 juin 2021
Centigon France est fière de participer une nouvelle fois au SOFINS, ce rendez-vous incontournable de l’industrie de haute technologie et des forces spéciales.

Pour SOFINS notamment, accompagné par les équipes du GIGN, nous avons le plaisir de pouvoir présenter l’ADN de Centigon France : notre gamme “FORTRESS”, la version blindée du fameux SUV Land Cruiser 200 / 300. C’est l’une des meilleures représentations capacitaires de Centigon France, un modèle reconnu pour sa robustesse et ses capacités de franchissement. Il […]

18 juin 2021
LA FONDATION DU PATRIMOINE D’ARQUUS INAUGURE SON CONSERVATOIRE

Créé il y a un an, le Fonds de dotation d’ARQUUS pour le Patrimoine inaugure le 17 juin à Garchizy (Nièvre) le Conservatoire d’ARQUUS. Ce Conservatoire a pour objectif d’inventorier, répertorier, contextualiser, mettre en valeur et présenter les objets, documents, véhicules constituant l’histoire d’Arquus ou des marques historiques qui font partie de l’héritage de l’entreprise. […]

11 juin 2021
Arquus renouvelle sa prestation d’audit de parc

Depuis plus de 10 ans, Arquus réalise des prestations d’audit de parc, dans le but d’accompagner ses clients dans la remise en état opérationnel de leurs véhicules. Ces prestations s’appuient sur l’expertise technique de l’entreprise et sur son savoir-faire unique en matière d’assistance, construit dans la durée au plus près des forces. Au fil des années, cette prestation a été déployée sur […]

8 juin 2021
CERBAIR choisit le Maroc pour y implanter sa filiale Afrique.

Montrouge : depuis 2015, CERBAIR se concentre exclusivement sur le développement de solutions de lutte anti-drone complètes. En améliorant constamment ses solutions en coopération avec ses utilisateurs exigeants, CERBAIR fournit des systèmes éprouvés, conçus, fabriqués en France et réputés pour leur fiabilité, leur flexibilité et leur accessibilité. Les actualités évoquant des actes malveillants impliquant des drones, […]

7 juin 2021
Ouvry reprend la société iséroise Sulitec et complète son offre de protection individuelle NRBCe avec la protection et l’isolation thermiques haute température

Le groupe Ouvry (Lyon), PME spécialisée à l’origine dans les systèmes de protection corporelle NRBC, de protection respiratoire (masques, filtres…) et dans la décontamination NRBC, annonce le rachat de Sulitec (38, Saint-Alban-de-Roche), spécialiste de la protection et l’isolation haute température à base de textiles techniques ou de composites intégrant des résines minérales. Ouvry complète et élargit ainsi son offre […]

5 mai 2021
CERBAIR met en ligne son nouveau site web

____________ Montrouge : Le nouveau site internet a été conçu pour offrir une expérience unique de navigation et des fonctionnalités améliorées tout en permettant aux clients de se familiariser avec la gamme complète de produits conçus par CERBAIR. À la fois reflet de l’activité de la société et de sa clientèle, il offre également un […]

X