Le drone Male européen décolle enfin

Le contrat d’étude de définition du drone européen MALE RPAS a été lancé par l’Organisation conjointe de coopération en matière d’armement. La livraison du premier système aux pays partenaires (France, Allemagne, Italie et Espagne) est prévu à l’horizon 2025.

Après quelques retards à l’allumage, le programme de drone européen MALE RPAS (Moyenne altitude et longue endurance Remotely Piloted Aircraft System) décolle enfin. Depuis début septembre, “le développement d’un drone européen commun est entré dans une nouvelle phase”, ont annoncé les trois maîtres d’oeuvre du programme, Airbus Defence and Space, Dassault Aviation et la division Avions de l’italien Leonardo (ex-Finmeccanica). Ils avaient soumis en mai 2014 une proposition pour construire ensemble un drone MALE d’ici à 2020/2025.

Le contrat d’étude de définition du drone européen a été officialisé lors d’une réunion présidée par l’Organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAR), en présence des représentants des Etats partenaires du programme (Allemagne, Espagne, France et Italie). L’étude de définition, qui débute dès le mois de septembr, et la fabrication d’un prototype seront dotés d’un budget de 60 millions d’euros sur deux ans. Rome, Berlin et Paris se sont engagés à apporter 20 millions d’euros chacun. A terme, le projet pourrait représenter un milliard d’euros d’investissements. C’est un programme pour lequel s’est beaucoup battu le ministre de la Défense français, Jean-Yves Le Drian.

“Fédérer les nations, industries et ministères européens de la défense autour d’un projet commun garantissant souveraineté et indépendance est une entreprise passionnante, qui marque aujourd’hui une nouvelle étape dans ce partenariat innovant”, a estimé le président exécutif (CEO) d’Airbus Defence and Space, Dirk Hoke.

 

Un drone Male de nouvelle génération

Ce programme sera un système aérien sans pilote de nouvelle génération dédié aux missions armées de renseignement, surveillance, ciblage et reconnaissance (ISTAR). Son intégration au trafic aérien et sa certification en vue d’opérer dans l’espace aérien extrêmement dense de l’Europe font partie des principaux objectifs distinctifs de ce programme.

L’étude de définition sera menée conjointement par Airbus Defence and Space, Dassault Aviation et la division Avions de Leonardo “à raison d’une répartition égale des tâches, a précisé le communiqué. Ces trois entreprises agiront par conséquent en tant que cotraitants”. “Les nations partenaires bénéficieront d’une souveraineté technologique et opérationnelle bâtie sur l’expérience de plusieurs décennies de coopération européenne dans les programmes militaires”, a expliqué le directeur général de la division Avions de Leonardo, Filippo Bagnato.

Premier vol en 2023

La conclusion de l’étude de définition marquera le coup d’envoi de la phase de développement prévue en 2018, en vue du vol inaugural d’un prototype début 2023 et de la livraison du premier système à l’horizon 2025. Les exigences opérationnelles des nations partenaires seront définies en étroite coopération avec les forces armées. “Ce programme coopératif contribuera au leadership et à l’autonomie de l’industrie européenne dans le domaine stratégique des drones de surveillance, et dotera les forces armées d’un système opérationnel souverain et performant”, a d’ailleurs souligné le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier.

Le MALE RPAS  prendra également “en compte la nécessité d’optimiser les ressources budgétaires en fédérant le financement des coûts de recherche et développement”, selon le communiqué. Ce programme européen vise “à favoriser le développement des hautes technologies et à pérenniser les compétences clés et les emplois hautement qualifiés en Europe”.

Source

X