Nouveau label innovation destiné aux start-up souhaitant intégrer le monde de la défense et de la sécurité

24 Mar 2017 Tags: GICAT, innovation

Le GICAT lance officiellement son nouveau label “Generate” permettant à des start-up françaises de comprendre et d’intégrer le monde de la défense et de la sécurité.

L’ambition première de ce label est de devenir un HUB d’échanges afin de promouvoir l’innovation au sein du secteur de la Défense et de la Sécurité terrestres et aéroterrestres. Ces industriels développent du matériel de pointe, performant, gage d’une grande technicité. Les start-up ignorent parfois qu’elles sont à l’origine de technologies pouvant avoir une utilité dans le monde de la défense et de la sécurité. « Rejoindre « Generate » by GICAT, c’est leur offrir de nouvelles opportunités et leur assurer un accompagnement sur mesure afin de se développer. » explique François Mattens, directeur de communication et des relations publiques au GICAT.

Ce label a pour ambition de promouvoir une démarche d’intelligence collective entre acteurs de la défense & sécurité et start-up issues d’autres secteurs et de participer à l’excellence française en matière d’innovation et en faire bénéficier le secteur défense & sécurité. Par ailleurs le GICAT entend ainsi mettre en avant l’importance de l’innovation au sein de l’industrie de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres

Intégration sélective & proportionnée

Les start-up qui postulent pour bénéficier de ce label devront s’engager à respecter une charte bien précise. « On peut citer des critères sur lesquels nous sommes particulièrement attentifs comme être une société de droit français, présenter un projet innovant, avoir moins de 3 ans d’existence juridique et bien entendu, montrer un fort intérêt pour le monde de la défense et de la sécurité. » précise François Mattens.

Une fois candidate, la start-up se présente devant un jury composé de la délégation du GICAT, des présidents de commissions et d’industriels volontaires. « Seules les start-up approuvées à l’unanimité par le jury peuvent se voir attribuer le label « GENERATE » » ajoute le directeur de la communication.

Vers un accompagnement qualitatif

-L’idée de ce label n’est pas de faire du chiffre mais d’avoir un nombre raisonnable pour leur bénéficier efficacement d’un accompagnement par le GICAT. D’ici à la fin de l’année 2017 le GICAT entend constituer un vivier d’une quinzaine de start up au sein de GENERATE. « Rejoindre GENERATE, c’est bénéficier de nouvelles opportunités et leur assurer un accompagnement sur mesure afin de se développer. Par ces services, on peut citer la mise en relation avec les acteurs industriels et institutionnels de la défense et de la sécurité, l’organisation de séminaires « expression de besoin », des études de marchés, etc. En complément, elles pourront bénéficier d’un parrainage d’un membre du groupement pour les accompagner dans leur développement. » précise François Mattens.

Le 17 mars 2017, un jury composé de la délégation du GICAT, de présidents de commissions et d’industriels – Emmanuel Chiva (AGUERIS), Jérôme Diacre (ELNO) et Yannick Rolland (ATOS) – ont retenu 5 start-up pour faire partie de la première « promo » de Generate :

  •   Aleph-NetworksAleph-Networks est née en février 2012 autour du développement de deux technologies innovantes :
    – GrayMatter, une technologie de collecte et structuration de données, adressant les problématiques Big Data
    – SafetyGate, une technologie de réseaux distribués (p2p) permettant de répondre aux risques induits par la transmission d’informations sensibles.
  • CerbAir (solution anti-drone) permet de détecter, localiser et neutraliser les drones malveillants avant que ceux-ci ne commettent leur méfait. Issues de la recherche française, leurs technologies d’analyse radiofréquence et de reconnaissance d’image protègent contre tous les drones civils. Enfin, le système d’alerte et de levée de doute en temps réel permet de neutraliser le pouvoir de nuisance des intrus indésirables via le recours à diverses contremesures telles que le brouillage ou le lance-filet.
  • Linkurious Enterprise est une plateforme de visualisation et d’analyse big data qui permet de comprendre les connections cachées dans les données. Sa technologie est déjà utilisée par le ministère français des Finances pour la détection de la fraude à la TVA, par plusieurs banques pour améliorer la détection de blanchiment d’argent, et sur des questions de sécurité informatique. Linkurious collabore même avec la NASA, pour rendre l’information d’une de ses bases de documents facilement utilisable, en mettant au point un système plus adapté que les moteurs de recherche.
  • Numalis présente le premier correcteur automatique de calculs. Aujourd’hui, pour corriger les déviations numériques, les ingénieurs testent le plus grand nombre de manière possible d’écrire chaque formule pour trouver la meilleure et ensuite tester si celle-ci est suffisamment stable et précise… Mais il est parfois difficile de tout tester dans le temps imparti. Numalis valide les programmes et multiplie leur précision tout en améliorant leurs performances.
  • Sterblue met en oeuvre des solutions d’inspection automatique de sites sensibles autour de trois technologies principales :
    • Perception : algorithme de navigation autonome aux abords des structures complexes
    • Curiosity : algorithme d’intelligence artificielle (Deep Learning) permettant la détection automatique de défauts dans les clôtures/intrusion
    • Cloud Sterblue permettant de stocker et visualiser l’intégralité des données traitées sur différentes interfaces utilisateurs.

3 à 4 sessions de recrutement devraient se tenir sur l’année. La durée maximum d’appartenance à « GENERATE » est de deux ans, renouvelable une fois pour un an, mais il sera possible de rester une troisième année ou même, si les critères sont réunis, rejoindre le GICAT en tant que membre de plein droit. « Compte-tenu de l’environnement de l’innovation, il est important pour le GICAT d’être très souple et attentif aux demandes des start-up dont les besoins sont très particuliers. » souligne François Mattens.

 

 

Source

X