Une première synapse artificielle

Mimer le cerveau pour améliorer l’intelligence artificielle (IA). L’idée, évidemment, n’est pas nouvelle. Mais l’effroyable complexité du cerveau rend son application extrêmement difficile. Un pas important vient cependant d’être franchi avec la publication, dans « Nature Communications », des travaux de chercheurs français du CNRS, de Thales et de trois universités (Bordeaux, Paris-Sud et Evry). Cette équipe a réussi à créer, sur une puce électronique, une synapse artificielle capable d’apprentissage. Le processus d’apprentissage de notre cerveau est lié à nos synapses, qui assurent la connexion entre les neurones. Plus la synapse est stimulée, plus cette liaison se renforce et plus l’apprentissage s’améliore. Les auteurs de l’étude se sont inspirés de ce mécanisme pour concevoir ce qu’ils ont appelé le « memristor », un nano-composant électronique formé d’une fine couche ferroélectrique prise en sandwich entre deux électrodes. Le memristor peut ajuster sa résistance sous l’action d’impulsions électriques similaires à celles des neurones. Si la résistance est faible, la liaison synaptique est forte, et inversement. C’est cette capacité de la synapse artificielle qui la rend capable d’apprentissage.

Source

X