• fr
0,00(0 items )

No products in the cart.

CES 2018, un salon d’intérêt pour les acteurs de la défense et de la sécurité ?

Cocorico ! La France confirme sa position de Start-up Nation au CES 2018. Sous le pilotage de Business France et de la FrenchTech, les start-up françaises ont réalisé une nouvelle démonstration de force lors du Consumer Electronics Show (CES) qui s’est tenu du 9 au 12 janvier 2018 à Las Vegas. L’édition 2018 du CES c’est plus de 170 000 visiteurs, près de 4000 exposants dont 900 start-up sur plus de 250 000 m2 de surface d’exposition. Le tout ponctué par de nombreuses animations comme seuls les Etats-Unis savent les faire.

Une position de la France qui se confirme en 2018

Pour cette nouvelle édition, plus de 350 entreprises françaises avaient fait le déplacement. Bien entendu, de nombreux grands groupes comme L’Oréal, Michelin, La Poste, Total, Engie ou encore Valéo, mais la présence française fut particulièrement remarquée sur l’Eureka Park, hall d’exposition dédié aux start-up. Juste derrière les américaines (296), les pépites françaises ont formé la première délégation étrangère avec 277 exposants, loin devant les néerlandais en troisième position avec 61 jeunes pouces. De nombreux politiques avaient fait le déplacement dont Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé du Numérique, mais également des présidents de région comme Valérie Pécresse ou Hervé Morin.

Une opportunité pour les secteurs de la défense et de la sécurité

Lors de ce salon, certains secteurs d’exposition (marketplaces) pouvaient avoir un intérêt pour les acteurs de la défense et de la sécurité, aussi bien pour les industriels que pour les institutionnels : Smart Cities, Drones, Robotics, Artificial Intelligence, Cyber, etc.

Ainsi, de nombreux exposants se sont fait remarquer avec des technologies pouvant être intégrées à d’autres solutions ou même directement opérationnelles pour les forces armées ou services de sécurité. Voici pour illustration quelques solutions repérées sur le salon :

  • Les écouteurs/traducteurs d’ORFEO SOUNDWORKS, issus de la collaboration entre deux géants d’Asie et une start-up (Corée du Sud), ces écouteurs proposent de traduire en temps réel les langues entendues par l’utilisateur. Pour l’instant, les langues disponible sont l’anglais, le coréen, le chinois et le japonais.
  • LOKLY (France) est une start-up qui a inventé une clé USB qui s’utilise sans ordinateur qui permet de stocker des données de manière sécurisée. Elle est destinée aux entités qui veulent transmettre des informations sensibles. Le choix des contenus à transférer se fait depuis une application sécurisée sur le smartphone. Egalement un système d’alarme : le smartphone de son propriétaire sonne s’il s’éloigne de la clé USB.
  • JETPACK Aviation (USA) a développé une solution de mobilité permettant à un individu de se déplacer rapidement par les airs. Ils sont les seuls à ce jour avoir obtenu l’agrément de la FAA pour ce type d’aéronef. Ce produit est déjà en dotation test dans les forces spéciales américaines (Navy Seals)
  • SPORT QUANTUM (France) a développé la première cible connectée, une nouvelle technologie permettant de localiser un impact grâce à la mesure des ondes sismiques générées par le projectile. L’écran reproduit l’impact et transmet l’information à un logiciel d’analyse et de visualisation de la performance. Cette technologie permet de personnaliser très rapidement l’environnement de tir et de suivre la progression des tireurs en fur et à mesure des séances.
  • ICOHUP – RIUM (France) est un outil innovant qui permet de mesurer mais aussi de trouver l’origine de la radioactivité en transmettant les données moyennant une application mobile, qui permet en plus de relier tous les utilisateurs pour dresser un réseau de mesure collectif. Il peut être intégré sur un équipement individuel, un véhicule ou un drone.

Télécharger le rapport de veille technologique et d’intérêt pour la Défense et la Sécurité

 

L’innovation au coeur des réflexions du GICAT

Depuis de nombreuses années, le GICAT travaille de manière proactive sur les enjeux d’innovation dans la défense et la sécurité; tendance qui se confirme depuis l’arrivée de la nouvelle ministre des armées, Florence Parly, qui en a fait l’une de ses priorités. Grâce à sa commission R&T présidée par Emmanuel CHIVA, notre groupement est moteur et coordonnateur de ces réflexions entre les armées, la DGA, les centres de recherche et nos industriels, de la petite PME au grand groupe.

Le GICAT reçoit Florence Parly, ministre des armées, sur son stand lors de l’Université d’été 2017 du MEDEF

Un an après son lancement, le programme GENERATE de soutien à l’innovation pour les start-up françaises de la défense et de la sécurité est un vrai succès ! Aujourd’hui fort de 13 entreprises, notre HUB d’échanges et d’actions permet de mettre en relation ces start-up avec nos industriels et les acteurs institutionnels.

Le prochain temps fort sera sans aucun doute le prochain salon EUROSATORY du 11 au 15 juin 2018. A cette occasion, pour la première fois, Eurosatory LAB,  un espace dédié aux petites pépites innovantes sera présent sur le salon. L’ambition est de réunir une petite centaine de ces entreprises venues des quatre coin du monde.

Source : FM/GICAT

X