Les huit défis de Bruno Even à la tête d’Airbus Helicopters
01 Oct 2018

Les huit défis de Bruno Even à la tête d’Airbus Helicopters

Arrivé le 1er avril dernier aux commandes d’Airbus Helicopters, Bruno Even a désormais des objectifs précis vers lesquels il souhaite piloter l’hélicoptériste.
Six mois après être arrivé aux commandes d’Airbus Helicopters et l’avoir audité de fond en comble, Bruno Even s’est fait une idée solide des défis à moyen et long terme qu’il doit relever pour renforcer un peu plus la résilience du constructeur dans un contexte commercial toujours aussi difficile et, bien sûr, le développer. Le nouveau PDG peut compter sur les fondamentaux robustes de l’hélicoptériste. Airbus Helicopters “résiste et croît en termes de parts de marché”, a assuré Bruno Even, en marge de la cérémonie de livraison à Qingdao du premier H135 à son distributeur chinois UGA sur les 100 commandés en 2016. L’hélicoptériste européen a profité de l’étendue de sa gamme pour détenir des parts de marché majoritaires sur trois segments de marché : 69% sur les appareils mono-turbines légers (H125 et H130), 68% sur les biturbines légers (H135 et H145) et 67% sur le Super Medium (H175).

Une empreinte internationale à gérer
La résilience du constructeur est portée en partie par les besoins en matière d’hélicoptères des pays émergents, dont la Chine. D’ailleurs, selon le PDG d’Airbus Helicopters, la future chaîne d’assemblage de Qingdao est “un signal fort” dans le cadre d’une politique de partenariats industriels, pour mieux accompagner cette croissance dans les pays émergents. En Asie, Airbus Helicopters est déjà implanté en Chine, en Corée du Sud et, bientôt, en Inde où la localisation d’une chaîne d’assemblage avec son partenaire Mahindra, apparaît comme inéluctable.

Le constructeur a également deux autres chaînes d’assemblage sur le continent américain, l’une aux Etats-Unis (Mississipi) et l’autre au Brésil (Itajuba). Outre les pays domestiques d’Airbus (Allemagne, France et Espagne), il avait également en projet d’en installer deux autres en Europe, l’une en Roumanie, l’autre en Pologne, où il a longtemps lorgné, en vain semble-t-il, des contrats permettant une telle décision. Enfin, il en avait deux en Australie (Tigre et NH90), qui ont été reconverties dans le support des appareils pour l’armée australienne. C’est beaucoup (trop ?).

Ce sera l’un des défis à moyen terme de Bruno Even de gérer l’empreinte mondiale du constructeur et de ne pas multiplier les chaines d’assemblage (environ 10% dans la chaîne de valeur de la supply chain) ou les partenariats industriels au gré des opportunités de commandes importantes. Il devra donc résister aux sirènes des vendeurs d’Airbus Helicopters prêts à engranger des commandes contre des partenariats industriels. Car il apparaît que les montages industriels ne sont pas toujours optimum comme celui conclu en Chine en 2006 pour le H175 co-développé et co-financé avec les Chinois : les fuselages de l’appareil sont fabriqués en Chine, puis envoyés à Marignane pour y être assemblés… On a vu mieux comme optimisation industrielle. C’était une époque où Airbus Helicopters achetait des parts de marché.

Aujourd’hui, le constructeur semble vouloir rationaliser son outil industriel, comme en témoigne l’arrêt de la chaîne d’assemblage du NH90 en Espagne. Une décision obtenue en contrepartie d’une spécialisation du site d’Albacete sur les parties arrière des fuselages de toute la gamme d’Airbus Helicopters. L’activité du site espagnol sera ainsi lissée. L’empreinte internationale si elle n’était pas maîtrisée pourrait peser sur la rentabilité du constructeur.

Un EBIT à 10%
Justement Bruno Even ne cache pas ses objectifs de rentabilité. Il a été à la bonne école de Safran et de son directeur général, Philippe Petitcolin, qui ne badine pas avec ces sujets-là. Le nouveau PDG d’Airbus Helicopters est ambitieux. Très ambitieux en termes de rentabilité. Il vise un EBIT de 10% d’ici à cinq ans et marche sur les pas de Tom Enders, qui avait promis en 2013 d’atteindre cet objectif en 2015 … En espérant que Bruno Even réussisse mieux.

Pour l’heure, Airbus Helicopters est loin, très loin de la barre des 10% d’EBIT. En 2017, Airbus Helicopters a atteint un EBIT de 5,2 %. Mais, Bruno Even va jouer ce match en préparant une tactique offensive : réduction des coûts de structure en interne et des prix chez les fournisseurs. “Il est normal que chacun fasse un effort, expliqué Bruno Even. Nous nous remettons en cause, nos fournisseurs pourraient eux aussi revoir leur organisation”.

Une entreprise mieux optimisée sur le plan industriel
Lancée avec le nouvel appareil H160, la stratégie de spécialisation des sites a fait son chemin dans les têtes de la direction d’Airbus Helicopters. Bruno Even ne va pas innover, il marche clairement dans les pas de son prédécesseur Guillaume Faury, qui avait décidé d’appliquer cette politique à tous les programmes. A Bruno Even de déployer progressivement cette politique sur “une période de trois, quatre ans”. Il assure qu’il n’y aura pas d’impact industriel dans les trois pays Airbus en Allemagne, Espagne et France. Il évoque une “redistribution dans chaque pays”.

Schématiquement, le site de Marignane serait spécialisé dans les éléments dynamiques, celui du Bourget dans les pâles, Donauwörth dans les structures centrales et Albacete dans les parties arrière. S’il n’y pas un plan de suppression d’emplois dans les cartons de Bruno Even, le nouveau patron d’Airbus Helicopters n’exclut pas que les départs à la retraite ne soient pas tous remplacés. La bataille des 10% d’EBIT passe obligatoirement par une réduction des coûts quoi qu’il arrive…

Une disponibilité qui doit s’améliorer
C’est l’un des défis les plus durs de Bruno Even, qui dresse un constat terrible : “Nous ne sommes pas encore là où le marché nous attend”, affirme-t-il. Que ce soit en termes de disponibilité mais aussi en termes de qualité des produits et de livraison dans les délais, Airbus Helicopters n’y est pas encore, précise-t-il. Hum, hum… Mais qu’a fait le constructeur jusqu’ici. Le défi est d’autant plus grand que la ministre des Armées, Florence Parly met une pression d’enfer sur tout le monde, et notamment les industriels. “Je veux des résultats et je les veux vite”, a-t-elle rappelé jeudi à Bordeaux. Il est vrai que la disponibilité des flottes d’Alouette III, Gazelle, Fennec, Tigre, Cougar, Puma, EC 725 Caracal, Dauphin, Lynx, NH90 NFH (version marine), NH 90 TTH (version terrestre) sont catastrophiques. Aucune de ces flottes n’a atteint un taux de disponibilité de 50% en 2015 et 2016.

Pour accroître la disponibilité, Florence Parly y met les moyens. Le budget 2019 “place la maintenance en son cœur et augmente les crédits consacrés au maintien en condition opérationnelle des équipements de 8% à 4,2 milliards d’euros”, a-t-elle expliqué. Et elle fixe, elle aussi, des objectifs ambitieux mais à court terme : “Dès 2018, nous visons une augmentation de 15% de la disponibilité du Caracal”. La barre est haute. Bruno Even va-t-il l’atteindre ? En tout cas, Airbus Helicopters, qui s’occupe en partie du MCO du Caracal, a intérêt à sacrément turbiner pour satisfaire Florence Parly. Car la disponibilité des Caracal part de loin, très loin. Ils ont une disponibilité médiocre : 34,4% en 2015 et 31,7% en 2016. Pourtant, l’armée y met déjà le prix pour entretenir une flotte de 18 Caracal (40,4 millions). Soit 2,24 millions en moyenne par appareil en 2016.

Accrocher un maximum de commandes militaires
Le militaire tire le marché des hélicoptères. C’est la chasse aux commandes militaires pour Airbus Helicopters et pour tous ses concurrents sur ce marché. A côté d’un marché civil qui, au pire, déprime, au mieux, se stabilise par le bas, le marché militaire offre quant à lui des perspectives commerciales prometteuses pour les hélicoptéristes. C’est d’ailleurs grâce à lui que le constructeur de Marignane peut à nouveau viser en 2018 un book-to-bill (ratio commandes sur chiffre d’affaires) d’au moins 1%. Airbus Helicopters a déjà engrangé cette année de belles commandes provenant d’Hongrie (20H145M), du Qatar (28 NH90), des Etats-Unis (51 Lakota),de Thaïlande (4 225M) et, très certainement, de l’Espagne (23 NH90) d’ici à la fin de l’année.

Dans les perspectives, Airbus Helicopters peut viser des commandes en Egypte, et à moyen terme en Inde et aux Etats-Unis. Le Caire a marqué un intérêt pour le Cougar en vue d’équiper sa marine. En Inde, le constructeur européen propose en partenariat avec Mahindra le Panther dans le cadre du programme NUH (111 appareils), qui pourrait se décanter d’ici deux à trois ans. Enfin, aux Etats-Unis, Airbus Helicopters joue la carte du H135 pour les futurs appareils de la Navy avec une chaine d’assemblage à la clé.

La compliance, un boulet pour les vendeurs?
C’est un secret de polichinelle. Airbus perd régulièrement des contrats pour respecter les règles strictes de compliance (conformité des contrats et des affaires) que le groupe a dû s’imposer à la suite des enquêtes du Serious Fraud Office (SFO) britannique et du parquet national financier (PNF) français. C’est bien sûr le cas également d’Airbus Helicopters. Plus question de mettre à risque la réputation d’Airbus. “Aucune affaire ne le mérite”, affirme-t-on en interne. Airbus estime qu’il aura raison sur le long terme quand les concurrents s’aligneront sur ces règles d’éthique. Pour l’heure, la concurrence jubile et profite de la politique d’Airbus, qui fait même du zèle. Pour autant, le constructeur de Marignane fait preuve d’imagination en signant en 2018 des contrats dans des pays, réputés difficiles comme l’Ouzbékistan ou encore l’Ukraine, voire la Tanzanie.

Redéployer les H225 immobilisés
C’est l’un des défis de court terme pour Bruno Even. Depuis quatre ans, la crise du pétrole affecte très profondément la flotte off-shore des opérateurs pétroliers, aujourd’hui en surcapacité. Selon le patron d’Airbus Helicopters, 30% des hélicoptères lourds, principalement des S92 (Sikorsky) et des H225, sont stockés. Plus précisément, le constructeur souhaite redéployer une cinquantaine de H225 qui ne volaient pas en 2017 en Mer du Nord en raison du crash d’un H225 en Norvège en avril 2016. Ainsi, il a réussi un premier coup d’envergure en revendant à l’Ukraine 21 H225 d’occasion dans le cadre du contrat d’une valeur de 558,3 millions d’euros signé en juillet avec le ministère de l’Intérieur ukrainien (10 H145 et 24 H125 neufs). Au total, une quarantaine d’appareils a déjà pu être redéployée chez d’autres clients.

Réussir le développement du H160
Le futur appareil de la gamme, le H160, représente le futur d’Airbus Helicopters. Bruno Even, qui ne va pas s’aventurer à lancer un nouveau programme à court et moyen terme, doit donc terminer le développement de cet appareil et l’amener au plus vite à maturité sur le plan technique. La certification du H160 est attendue fin 2019. Les premières commandes sont arrivées en début d’année mais pour l’heure, le carnet reste encore modeste (une dizaine d’appareils). C’est un appareil important pour Airbus Helicopters : il doit rivaliser avec l’AW139 de Leonardo et le S-76D de l’américain Sikorsky. Il est destiné principalement au marché Oil & Gaz, le transport de personnes vers les plateformes pétrolières et gazières pour le compte de majors. Soit 40 % du marché estimé. Sinon, le H160 peut servir également à des services publics et de santé (EMS), au transport de personnes et de VIP et, enfin, à des opérations de recherche et sauvetage (SAR)… “Il est conforme à ce que nous attendions de lui”, confirme Bruno Even.

Le constructeur compte également sur le programme militaire français HIL (Hélicoptère Interarmées Léger) même si les premières livraisons ont été décalées de 2024 à 2028. Une première commande d’une dizaine d’appareils doit être notifiée en 2022. Le H160 remplacera notamment progressivement les flottes d’Alouette III, de Dauphin SP et de Fennec. D’ici à 2030, la LPM prévoit la mise en service opérationnelle de 169 appareils.

 

Source

29 octobre 2021
LE GICAT participera au salon des Maires et des collectivités locales (SMCL) du 16 au 18 novembre 2021

Cette année pour la première fois, le GICAT disposera d’un stand au SMCL (Pavillon 4, stand C66), qui se tiendra Porte de Versailles, à Paris, du 16 au 18 novembre 2021. L’occasion de présenter l’offre de ses adhérents en matière de sécurisation des territoires. Paris – le 2 novembre 2021. En 2018, l’industrie de sécurité […]

25 octobre 2021
LE GICAT et ses adhérents, en première ligne pour la sécurisation des JO et JOP 2024

A l’occasion du salon Milipol Paris 2021, le GICAT a organisé le mercredi 20 octobre, une conférence de presse très suivie sur la sécurisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024.  Retour en images. Paris, le 25 octobre 2021- Animée par Gérard Lacroix, Délégué général adjoint « Sécurité » du GICAT, la conférence s’est tenue en […]

11 octobre 2021
Le GICAT partenaire du Forum Entreprise Défense (FED)

Paris, le 11 octobre 2021. Du 13 au 14 octobre 2021 se tiendra la dix-septième édition du FED, à Versailles-Satory. Organisé conjointement par la Structure intégrée du maintien en condition opérationnelle des matériels terrestres (SIMMT), le Groupement des industries Françaises de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres (GICAT) et la Chambre de Commerce et d’Industrie […]

25 janvier 2021
Discours des vœux du Président du GICAT

Paris – le 25 janvier 2021 – Le 20 janvier dernier, Marc Darmon adressait ses vœux aux adhérents du groupement. L’occasion de faire le point sur une année 2020 difficile et d’ouvrir de nouvelles perspectives pour 2021. Ci-dessous l’intégralité de son discours. « 2020 a été une année de crise sanitaire et économique majeure, une année […]

18 janvier 2021
Marc Darmon, Président du GICAT, répond à la Revue de la Gendarmerie Royale Marocaine

ANALYSE DE L’EXPERT : M.MARC DARMON Directeur général adjoint du Groupe Thales* Président du Groupement des industries Françaises de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres (GICAT) Aujourd’hui, nous assistons à une technologisation fulgurante du domaine de la sécurité. Pourriez-vous, Monsieur, nous en parler davantage et nous pré- senter les liens existant entre la technologie […]

11 janvier 2021
Travaux du groupe de travail Munitions REACH du GICAT

Le groupe de travail Munitions REACH du GICAT piloté par Mme Joëlle Pinchot (Etienne LACROIX) réunit des experts des sociétés LACROIX, MBDA-FRANCE, NEXTER-MUNITIONS, ARIANE GROUP, DAVEY BICKFORD, THALES LAS France, AIRBUS Defence & Space et JUNGHANS-T2M. Il a rédigé une quatrième version du guide professionnel relatif à la détermination du statut des munitions et composants […]

20 octobre 2020
Generate logo 1700x450 CANVA
Decouvrez la 9e promotion de Generate

Après sélection d’un jury présidé par Luc Renouil, président de la commission R&TI, le GICAT a le plaisir de vous présenter la neuvième promotion de start-up qui nous rejoignent en octobre 2020 : ADAGOS développe NeurEco, une IA parcimonieuse qui repose sur un nombre réduit de connexions neuronales. Elle permet de réduire le volume de données d’apprentissage et […]

24 septembre 2020
Cérémonie de signature de la charte de partenariat du MCO terrestre et lancement du FED 2021

Cérémonie de signature de la charte de partenariat du Maintien en Condition Opérationnelle (MCO) terrestre et lancement du Forum Entreprises Défense (FED) 2021 Paris – Le jeudi 24 septembre 2020 – Quinze adhérents du GICAT* (Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité terrestres et aéroterrestres) ont répondu à l’invitation du Président du GICAT, […]

4 septembre 2020
Le GICAT accueille son nouveau délégué général adjoint aux questions de Défense

Paris, le 4er septembre 2020 – La délégation du GICAT (Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité terrestres et aéroterrestres) compte un nouveau membre en la personne de Thierry PUIG, nommé délégué adjoint Défense. Diplômé de I ‘Ecole nationale supérieure des ingénieurs des études et techniques d’armement (1980-1984), Thierry PUIG effectue sa formation […]

30 avril 2020
Le GICAT renouvelle ses postes en alternance pour l’année 2020/2021 !

Trois offres sont disponibles sur notre site internet et ce jusqu’au 4 juin prochain. Vous trouverez toutes les informations en cliquant sur les liens suivants : – Chargé(e) de communication et d’affaires publiques : https://www.gicat.com/job/chargee-de-communication-et-daffaires-publiques-3/ – Chargé(e) de mission « Défense et Innovation » : https://www.gicat.com/job/chargee-de-mission-defense-et-innovation/ – Chargé(e) de mission « Sécurité » & Services […]

17 janvier 2022
Arquus et l’ENSTA Bretagne signent un accord de coopération en recherche, innovation et ingénierie

Partenaires historiques des armées, Arquus et l’ENSTA Bretagne ont décidé de s’unir à travers un accord de coopération dans les domaines de la recherche & développement, de l’innovation et de la formation des ingénieurs. L’innovation et le développement de nouvelles compétences sont essentiels afin d’assurer la conception, le développement et le soutien de matériels terrestres. […]

17 décembre 2021
Nexter, Arquus et Thales tiennent leurs engagements et livrent le 119ème GRIFFON prévu pour 2021

17 décembre 2021 Le 6 décembre 2021, le groupement momentané d’entreprises (GME) engin blindé multi rôles (EBMR) a livré à l’armée de Terre le 119ème et dernier GRIFFON prévu pour 2021. Les 119 GRIFFON ont été préalablement présentés aux opérations de vérification du service qualité de la Direction générale de l’armement (DGA/SQ) sur le site […]

28 octobre 2021
2016 – 2021 : Shark Robotics se hisse en leader mondial des robots pompiers

La Rochelle, France, le 28 octobre 2021 – Cela fait maintenant 5 ans que l’aventure Shark Robotics a débuté.  Fondée en 2016, à La Rochelle, par Cyril KABBARA et Jean-Jacques TOPALIAN, la petite équipe de 10 personnes se donnait pour objectif de concevoir et fabriquer intégralement en France des robots terrestres utiles et fiables pour les personnes […]

Le RAID choisit de s’équiper du système RadSwarm : des essaims de drones autonomes permettant la cartographie de menaces nucléaires et radiologiques

Bièvres, le 28/10/2021 : Le RAID, l’unité d’élite de la Police Nationale française, choisit la solution « clé en main » co-développée par les sociétés françaises Icohup et Icarus Swarms. Les kits RadSwarm sont composés d’une flotte de 4 à 20 drones. Conçus par le Français Parrot, ils sont modifiés par Icarus Swarms afin d’être […]

25 octobre 2021
L’ONERA et TRAAK finalisent l’évaluation des technologies du programme de géolocalisation en zone urbaine du fantassin (APOS-UE) de l’AED

La seconde phase d’expérimentation du Projet APOS-UE (Advanced Position & Orientation System for Urban Environment) de l’Agence Européenne de Défense vient de s’achever au Centre d’entrainement aux actions en zone urbaine de l’Armée de terre (CENZUB) et clôt ainsi avec succès le programme d’évaluations technologiques de géolocalisation du fantassin évoluant en intérieur sans recours aux […]

ARELIS, Groupe LGM, investit 1 millions d’euros dans la conception et la réalisation de systèmes embarqués

ARELIS, Groupe LGM, leader français des sous-systèmes hyperfréquence et radiofréquence pour applications embarquées, annonce un investissement d’1M¤€dans son usine de production de Marville (55) ainsi que pour son site de développement de Saint-Aubin -Lès- Elbeuf (76). Ces nouveaux investissements vont permettre à ARELIS d’améliorer sa compétitivité et de faire face à la demande croissante du […]

20 octobre 2021
Ineo Defense se renforce dans les technologies d’optronique en milieux contraints avec l’acquisition d’EXAVISION

Depuis sa création en 1990, EXAVISION a développé une expertise en solutions optroniques adaptées aux terrains difficiles. Ses équipements et systèmes alliant optique et électronique sont utilisés par la Marine, à bord des véhicules blindés des forces terrestres, mais aussi au cœur des réacteurs EPR ou encore dans des lignes de production industrielles. Pour Ineo […]

19 octobre 2021
MARCK & BALSAN AU SALON MILIPOL 2021

Protection – Uniforme – Matériel : nos 3 grandes expertises produits à découvrir stand 5N180. PROTECTION Des tenues et équipements de protection spécifiquement adaptés aux conditions climatiques et différentes missions des forces de sécurité et de défense. Parmi les innovations de cette édition : Le nouveau blouson de maintien de l’ordre développé pour la CRS8 et spécialement […]

15 octobre 2021
ARQUUS présente ses solutions de soutien et de logistique au Forum Entreprise Défense à Satory

Partenaire majeur du Maintien en Condition Opérationnelle (MCO) terrestre, Arquus présente ses solutions au Forum Entreprise Défense (FED) à Satory, les 13 et 14 octobre. Le MCO est au coeur des problématiques actuelles des armées, avec des rythmes opérationnels toujours plus élevés, des conditions toujours plus difficiles. Ces contraintes viennent peser sur des parcs extrêmement […]

6 octobre 2021
Coopération entre Saab et Solarmtex

Saab Barracuda AB et Solarmtex S.A.S, situé à Vierzon en France ont signé un accord de coopération par lequel Solarmtex devient le partenaire pour les produits de camouflage de Saab Barracuda en France. « La situation stratégique en Europe évolue vers un niveau de menace plus élevé. De fait, les besoins des forces armées en […]

X