IDEX 2019 : Lacroix joue à domicile

25 Fév 2019

Avec près de 3000 véhicules militaires émiriens dotés de son système de contre-mesure passive Galix, c’est peu dire que Lacroix jouait, une fois encore, à domicile au salon IDEX, organisé cette semaine à Abou Dhabi. Entre une offre export renouvelée et la consolidation de sa structure commerciale, l’année 2019 s’annonce d’ores et déjà sous les meilleurs auspices pour le spécialiste français de la pyrotechnie.

Après avoir équipé les Leclerc, BMP-3, M113 et autres Ajban 440 du système Galix, Lacroix parie maintenant sur un éventuel programme de rétrofit pour équiper la flotte émirienne avec la dernière version AOS (Automated Obscurance System). Celle-ci s’appuie sur le Galix « classique » pour fournir aux forces terrestres un système automatique intégré au BMS du véhicule hôte et capable de déployer une couverture multi-bandes en quelques secondes. Pour convaincre, Lacroix s’est attaché les services du véhiculier émirien NIMR, dont le dernier-né de la gamme, l’Ajban 447A, était dévoilé cette semaine.

Nouvelle variante « gonflée » de l’Ajban 440, le modèle 447A dispose avant tout d’un haut niveau de survivabilité, basé notamment sur le système AOS de Lacroix. Il présente par ailleurs une disposition plutôt originale des lanceurs Galix, spécifiquement orientés pour fournir une détection des menaces et un déploiement à 360° des contre-mesures. Fort d’une première expérience réussie, le groupe français espère maintenant embarquer sur « un programme en cours de véhicule 8×8 émirati ». Outre le Galix AOS, l’offre à l’export de Lacroix comprend désormais le système d’entraînement REPY, exposé pour la première fois à l’étranger à l’occasion d’IDEX. Développé sur fonds propres en moins de quatre ans, REPY viendra prochainement affiner le niveau de réalisme des scénarios rencontrés dans les centres d’entraînement de l’armée de Terre, basés sur le système CENTAURE et, bientôt, sur son successeur, le futur CERBERE.

Loin de se limiter à la péninsule arabique ou à ces deux innovations, la stratégie commerciale du groupe Etienne Lacroix capitalise aussi sur les bons résultats engrangés (dont un CA de 170M€ en 2017) pour renforcer sa business line défense et sécurité. L’ETI toulousaine avait déjà annoncé la couleur l’année dernière durant Eurosatory en annonçant la création de la filiale Unitive, axée vers les activités de distribution de produits et de services (fourniture d’équipement, formation, logistique) au profit des forces armées, de police et de gendarmerie. Une politique ambitieuse réaffirmée à l’occasion d’IDEX et qui se concrétise aujourd’hui par l’intégration de l’Espagnol Falken SA et du Britannique Energetics Technology Ltd.

Fondée en 1981, la PME madrilène s’est spécialisée dans les équipements pyrotechniques non-létaux pour applications militaires et de sécurité civile. En reprenant les activité de Falken SA, « le groupe Etienne Lacroix renforce sa présence en Espagne et en Amérique Latine », annonce un communiqué de presse.

L’acquisition d’Energetics Technology Ltd., basée dans le Derbyshire, soutiendra quant à elle à Lacroix dans sa volonté « d’optimiser son portfolio produit dans les pyromécanismes, et d’ajouter à sa gamme une activité complémentaire de conditionnement ». Outre la maîtrise de composants pyrotechniques, ETL viendra en effet apporter un réel savoir-faire en matière de confinement des explosifs et de dispositifs de traitement des IED. Un pari ambitieux, qui permet en outre à Lacroix d’aller bousculer le Britannique Chemring Defence, concurrent solide dans la gamme autoprotection, sur ses propres terres.

Source : FOB

X