MBDA propulse son carnet de commandes à des niveaux record

12 Mar 2019

Le missilier européen a une nouvelle fois enregistré en 2018 un montant de prises de commandes supérieur à son chiffre d’affaires. MBDA, qui profite des tensions internationales, a obtenu 4 milliards d’euros de commandes, dont près de 2 milliards grâce à la France.

Hello, le soleil brille, brille, brille pour MBDA, qui profite à fond de la modernisation des flottes d’avions de combat, d’hélicoptères et de plateformes marines dans un contexte de recrudescence des tensions internationales. Pour la sixième année consécutive, le missilier européen a enregistré un book-to-bill (ratio commandes sur chiffre d’affaires) supérieur à 1 en 2018. Et pourtant le montant des prises de commandes est en baisse pour la quatrième année consécutive et, parallèlement, le chiffre d’affaires est en hausse en 2018 pour la cinquième année consécutive. Selon nos informations, MBDA aurait obtenu autour de 4 milliards d’euros de commandes (4,2 milliards d’euros en 2017), dont près de 2 milliards d’euros grâce à la France.

Les prises de commandes domestiques (France, Royaume Uni, Italie) sont supérieures au grand export. Contrairement aux dernières années. Il est vrai que MBDA n’a pas encore pu concrétiser de grandes campagnes en cours à partir de la France. En dépit de ces quelques contrariétés, le carnet de commandes, qui atteignait déjà fin 2017 des sommets (16,8 milliards d’euros), va encore atteindre un niveau record fin 2018, bien au delà de 17 milliards. Ce qui offre à MBDA des perspectives de croissance soutenue sur les cinq années à venir. En outre, MBDA reste très bien placé pour profiter de la hausse des dépenses de défense dans de nombreux pays européens et à l’international.

La France soutient MBDA

La France a été le premier client de MBDA en 2018. Le ministère des Armées français a notamment notifié en novembre dernier – certes avec avec un an de retard – un premier contrat ferme de 200 missiles air-air MICA NG ainsi que la rénovation de 300 MICA (remotorisation) actuellement en service (Rafale et les Mirage 2000-D et 2000-5). Soit un contrat de moins de 900 millions d’euros. Cette commande doit permettre de maintenir la capacité d’interception, de combat rapproché et d’autodéfense des avions de combat de l’armée de l’air et de la marine face aux menaces actuelles et futures (nouveau standard F3-R du Rafale). La direction générale de l’armement (DGA) a également octroyé de nombreux contrats de soutien à MBDA, dont le système Aster.

En Grande-Bretagne, le ministère de la Défense a attribué à MBDA un contrat de 400 millions de livres (465 millions d’euros) pour le programme de maintien de la capacité du missile air-sol Brimstone, afin de prolonger sa durée de vie au-delà de 2030. Dans ce cadre, MBDA fabriquera de nouveaux missiles Brimstone pour les forces armées britanniques afin de reconstituer le parc. Pour 2019, MBDA attend la notification du contrat portant sur le futur système aérien basé au sol allemand. système de défense, TLVS (German Taktisches Luftverteidigungssystem). Ce qui est le principal objectif de 2019 de MBDA, qui est partenaire de l’américain Lockheed Martin sur ce programme. Le missilier doit rendre une offre en avril, selon le député Reinhard Brandl (CSU).

Le Qatar, premier client grand export de MBDA

Pour MBDA, le Qatar a été une terre généreuse. Le missilier a dû attendre septembre 2018 pour la mise en vigueur du contrat de missiles (environ 1 milliard de livres) destinés à équiper les 24 Typhoon (consortium Eurofighter) achetés par l’émirat, qui a également  acquis neuf avions entrainement Hawk. L’armée de l’air s’est offert les missiles air-air Meteor et air-sol Brimstone ainsi que la bombe guidée laser Paveway IV produit par Raytheon UK. En outre, Doha a souhaité en mars dernier équiper ses 12 hélicoptères NH90 (NFH) de missile anti-navires Marte Extended Range.

En mars 2018, la Corée du Sud a commandé 90 missiles de croisière Taurus KEPD 350K supplémentaires, qui est fabriqué par la société allemande Taurus Systems GmbH, une co-entreprise détenue par MBDA Deutschland GmbH (67 %) et Saab Dynamics AB (33 %). Séoul en avait déjà acheté près de 200 exemplaires. Par ailleurs, le ministère espagnol de la Défense a signé en septembre 2018 un contrat portant sur l’amélioration et la maintenance de la capacité opérationnelle du Taurus KEPD 350 utilisé par l’armée de l’air espagnole (moins de 30 millions d’euros).

Enfin, l’Estonie a fait l’acquisition de missiles de défense anti-aérienne à courte portée (Misral Shorad), de simulateurs et d’équipements d’essais et de maintenance dans le cadre d’un contrat de 50 millions d’euros. Les premiers systèmes seront livrés en 2020. Ce contrat prévoit également différentes options d’achat de missiles supplémentaires pour un montant global de 100 millions d’euros.

Source : La Tribune

X