L’initiative française « Data Intelligence » : la stratégie du cluster pour s’affranchir de Palantir
02 Nov 2018

L’initiative française « Data Intelligence » : la stratégie du cluster pour s’affranchir de Palantir

Si la stratégie de communication de Palantir, acteur majeur du traitement massif de données cultivant le secret, se résume à voir sans être vu, l’annonce du groupement d’entreprises françaises « Data Intelligence » à propos du développement d’une offre pouvant rivaliser avec celle de la firme californienne n’est pas destinée à la même discrétion*.

 

En s’exposant, l’offre française – non encore opérationnelle – se positionne comme future réponse aux nombreuses inquiétudes soulevées, depuis deux ans, par le partenariat entre la DGSI et Palantir. Cette dernière, installée au cœur de la Silicon Valley à Palo Alto, fut fondée en 2004 par Alex Karp et Peter Thiel, grâce au fond d’investissement In-Q-Tel, lié à la CIA. Les relations de la firme avec la sphère gouvernementale américaine suscitent des craintes, exprimées dans la presse française, quant à l’éventuelle existence d’une back door, un cheval de Troie au sein du logiciel – Palantir étant contractuellement liée à plusieurs agences de renseignement américaines : la NSA et le FBI, mais aussi le département d’État, le département de la Défense, et celui de la Justice. En réaction, l’offre française se positionne en associant la doctrine  des « signaux faibles » en sécurité intérieure et le concept de souveraineté numérique, qui apparaît notamment dans les recommandations prioritaires de la Revue stratégique de cyberdéfense du SGDSN.

Lors de son audition à l’Assemblée nationale par la Commission de la défense nationale et des forces armées en mai 2016, le directeur général de la Sécurité intérieure, Patrick Calvar, déclarait : «Nous ne manquons pas de données ni de métadonnées, mais nous manquons de systèmes pour les analyser. Nous ne sommes pas frileux vis-à-vis des nouvelles techniques ; nous les déployons progressivement. » Dans la foulée, la DGSI et la société américaine Palantir signaient un contrat de 10 millions d’euros ; dans lequel la société californienne s’engageait à fournir un système capable d’interconnecter les données collectées par les services de renseignements français, et permettant leur exploitation. La DGSI choisissant d’héberger ses données, l’entreprise mettait en place un système d’analyse couplé d’une formation des utilisateurs finaux. Qualifié de temporaire, le recours à l’offre américaine soulignait cependant l’incapacité des entreprises françaises à répondre aux besoins urgents des services de renseignement dans le contexte post-attentats de 2015.

Les mois suivants, l’implantation française de Palantir s’était étendue de la sphère gouvernementale des services de renseignement vers l’industrie aéronautique ; dont la pénétration était médiatisée par le partenariat signé avec Airbus. Lors du salon aéronautique du Bourget, en juin 2017, l’avionneur avait lui aussi conclu un accord avec Palantir, pour la formation d’une plateforme de Big DataSkywise, visant à collecter le maximum de données pour résoudre les points de blocage liés aux flux des pièces détachées et effectuer de la maintenance prédictive. Les services de Palantir, d’abord utilisés pour gagner en productivité et assurer la production dans les délais de l’A350, avait été généralisés à l’ensemble des métiers de l’avionneur. Dans le contexte concurrentiel entre Airbus et Boeing, la proximité de Palantir avec le renseignement américain laissait les interrogations sur les risques pris par l’avionneur européen en suspens. Fin septembre 2018, le positionnement hexagonal de la firme californienne s’intensifiait, par le recrutement remarqué de l’ancien directeur général délégué d’Airbus, Fabrice Brégier, pour diriger sa filiale française. Sept mois après son départ de l’avionneur, l’ex numéro deux d’Airbus entré dans sa nouvelle fonction au 1er octobre était chargé de développer les partenariats avec les organisations françaises. La nouvelle recrue permettrait à la solution de Big Data d’entrer dans une relation de confiance avec de nouveaux partenaires français.  Aussi, le mouvement à la tête de la filiale française de Palantir est concomitant des nouvelles dynamiques nationales pour proposer une parade au contrat liant les institutionnels français et Palantir.

En effet, si la DGSI avait conclu un accord avec Palantir en 2016, la recherche d’une solution nationale n’était pas abandonnée pour autant. En mars 2018, auditionné par la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale, Guillaume Poupard, directeur de l’ANSSI rappelait la « volonté globale de créer une alternative française de confiance », pilotée par la DGA. Depuis 2017, en lien avec celle-ci, l’ANSSI consacre une partie de ses moyens à l’élaboration du projet ARTEMIS, visant la dotation du ministère des Armées d’une « infostructure souveraine de stockage et de traitement massif de données en captant l’innovation des PME ». Entré dans sa deuxième phase en septembre 2018, le projet ARTEMIS se structure par l’agrégat d’entreprises, un cluster composé de PME et d’industriels de défense, autour de trois entreprises françaises maîtres d’œuvre : Atos-BullCapgemini et le groupement Thales – Sopra Steria. La première version du système est prévue pour la fin 2019, suivie de déploiements pilotes en 2020.

Si les applications d’ARTEMIS répondent principalement à des besoins de renseignement militaire, le projet fait face à un projet concurrent… lui aussi français, mais dirigé vers les besoins de sécurité intérieure, intitulé « Data Intelligence ». Pour son vice-président, Emmanuel Tonnelier, « Les deux démarches sont plutôt aujourd’hui dans une logique de « concurrence saine » mais surtout de complémentarité. [] À terme, ces deux démarches vont permettre d’extraire le meilleur des savoir-faire industriels français au bénéfice de nos entreprises nationales et de nos institutions. » Comme pour le projet ARTEMIS, la structure de l’initiative « Data Intelligence » s’articule en cluster ; mais la démarche est d’origine industrielle. Émanation des recherches du groupe de travail piloté par le Groupement des industries de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres(GICAT), le cluster composé de 22 entreprises regroupe à la fois des acteurs majeurs de la Base industrielle de technologie et de défense (BITD), Airbus Defence & SpaceAtos et MBDA, mais aussi des PME, comme SYSTRAN, et des start-ups, comme Aleph-NetworksOthello, et Linkurious.

Les principaux défis du cluster se situent d’une part, dans la structuration d’une offre modulaire et cohérente« articulée autour de solutions de bout en bout, des capteurs aux data center mobiles, en passant par des logiciels d’analyse, des calculateurs hautes performances, du stockage de données dans des clouds souverains ou des coffres-forts souterrains à l’abris des regards des satellites… », et d’autre part dans l’approche collective et structurée d’une offre visant à faire travailler sur un même projet un nombre important d’entités partiellement concurrentes. Dirigée à l’origine en direction du marché des acteurs institutionnels de la défense et de la sécurité, l’offre « Data Intelligence » tend à élargir son spectre aux grandes ou moyennes entreprises des secteurs d’activité où la fraude et la contrefaçon sont des menaces à combattre.

Si la logique de formation du cluster est favorisée par la mobilisation du concept de souveraineté, l’ambition à l’export est aussi affichée. Selon Emmanuel Tonnelier, « il faut reconnaître qu’il y a toujours une fibre [de]patriotisme économique en chacun de nous, et c’est probablement ce qui a facilité notre démarche de groupe, avec l’objectif de pouvoir « chasser en meute » à terme, que ce soit sur le territoire national ou à l’export. »

On peut se demander si dès son origine le cluster n’est pas porteur d’une contradiction structurelle ; l’offre étant liée aux acteurs institutionnels et services de renseignement français dans sa phase d’incubation, la volonté à l’export, à terme, ne risque-t-elle pas d’être freinée par cette proximité qui, comme en France avec Palantir, pourrait faire naître des inquiétudes et un sentiment d’abandon temporaire de souveraineté chez les futurs clients étrangers ?

Jérémie Saint-Jalm et Nicolas Fiocre, Jérôme Freani
Club Cyber de l’AEGE

* Tesquet, Olivier, « Palantir, l’encombrant ami américain du renseignement français »,Télérama, 27/01/2017

 

Source

18 juin 2021
Intégration du GILEP au sein du GICAT

Le GICAT (Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité Terrestres et Aéroterrestres) signe un protocole d’intégration avec le GILEP (Groupement Interprofessionnel de Logistique et d’Equipements Pétroliers). Ils formalisent ainsi un rapprochement auquel ils travaillent depuis plusieurs mois. Paris, le 17 Juin 2021 – Ce protocole s’inscrit dans la dynamique portée par le ministère des […]

10 juin 2021
Le GICAT et ses adhérents, partenaires de l’armée de Terre et de la DGA pour la journée robotique
A l’occasion de la première journée de la robotique terrestre et aéroterrestre à Satory, le GICAT avec ses membres industriels du groupe de travail Robotique, est aux côtés de l’armée de Terre, de la DGA et de l’Agence de l’innovation de défense (AID) afin de mettre en avant leurs solutions et savoir-faire. Paris, le 10 juin 2021- Aujourd’hui [...]
20 mai 2021
Le GICAT accueille 14 nouveaux adhérents

Le Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité terrestres et aéroterrestres (GICAT) est fier de compter 14 nouveaux membres. Paris, le 20 mai 2021. Vidéosurveillance, sécurité électronique, cyberdéfense, géodatas… à l’occasion de son conseil d’administration du 19 mai dernier, le GICAT qui rassemble déjà plus de 280 industriels, a validé l’adhésion de quatorze […]

7 mai 2021
Le GICAT recherche ses futur(e)s apprenti(e)s

Ressource indispensable aux équipes de la délégation, nous sommes cette année à la recherche quatre alternants pour l’année 2021-2022

25 mars 2021
Le GICAT partenaire de GAI4A : le nouveau pôle d’innovation « équipements terrestres et aéroterrestres » en Ile de France.

Paris, le 25 mars 2021 – L’’armée de Terre a signé hier une convention de partenariat avec l’Institut Polytechnique, l’Université Paris Saclay et le Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité Terrestres et Aéroterrestres (GICAT), à Versailles Satory en vue de la création du pôle d’innovation nommé GAI4A (Groupement Académies, Industries, Ingénieurs d’Ile-de-France […]

25 janvier 2021
Discours des vœux du Président du GICAT

Paris – le 25 janvier 2021 – Le 20 janvier dernier, Marc Darmon adressait ses vœux aux adhérents du groupement. L’occasion de faire le point sur une année 2020 difficile et d’ouvrir de nouvelles perspectives pour 2021. Ci-dessous l’intégralité de son discours. « 2020 a été une année de crise sanitaire et économique majeure, une année […]

18 janvier 2021
Marc Darmon, Président du GICAT, répond à la Revue de la Gendarmerie Royale Marocaine

ANALYSE DE L’EXPERT : M.MARC DARMON Directeur général adjoint du Groupe Thales* Président du Groupement des industries Françaises de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres (GICAT) Aujourd’hui, nous assistons à une technologisation fulgurante du domaine de la sécurité. Pourriez-vous, Monsieur, nous en parler davantage et nous pré- senter les liens existant entre la technologie […]

11 janvier 2021
Travaux du groupe de travail Munitions REACH du GICAT

Le groupe de travail Munitions REACH du GICAT piloté par Mme Joëlle Pinchot (Etienne LACROIX) réunit des experts des sociétés LACROIX, MBDA-FRANCE, NEXTER-MUNITIONS, ARIANE GROUP, DAVEY BICKFORD, THALES LAS France, AIRBUS Defence & Space et JUNGHANS-T2M. Il a rédigé une quatrième version du guide professionnel relatif à la détermination du statut des munitions et composants […]

20 octobre 2020
Generate logo 1700x450 CANVA
Decouvrez la 9e promotion de Generate

Après sélection d’un jury présidé par Luc Renouil, président de la commission R&TI, le GICAT a le plaisir de vous présenter la neuvième promotion de start-up qui nous rejoignent en octobre 2020 : ADAGOS développe NeurEco, une IA parcimonieuse qui repose sur un nombre réduit de connexions neuronales. Elle permet de réduire le volume de données d’apprentissage et […]

24 septembre 2020
Cérémonie de signature de la charte de partenariat du MCO terrestre et lancement du FED 2021

Cérémonie de signature de la charte de partenariat du Maintien en Condition Opérationnelle (MCO) terrestre et lancement du Forum Entreprises Défense (FED) 2021 Paris – Le jeudi 24 septembre 2020 – Quinze adhérents du GICAT* (Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité terrestres et aéroterrestres) ont répondu à l’invitation du Président du GICAT, […]

23 juillet 2021
Andera Partners et Bpifrance réalisent l’acquisition de MC2 Technologies et lui permettent de retrouver un actionnariat 100% français

Andera Expansion, l’équipe d’Andera Partners dédiée au small-mid cap, et Bpifrance acquièrent le spécialiste des technologies hyperfréquences dédiées à la lutte anti-drones et à la détection d’objets cachés, aux côtés de son équipe de management, via un tour de table supérieur à 50M€ Paris et Villeneuve d’ascq, le 22 juillet 2021 – Andera Partners, acteur de premier […]

16 juillet 2021
CERBAIR intègre le programme European Defence Industrial Development Program (EDIDP-CUAS-2020) avec 38 fleurons de l’industrie continentale

Afin de soutenir la compétitivité et la capacité d’innovation de l’industrie de la défense de l’UE, la Commission a adopté le 30 juin dernier un programme de travail annuel du Fonds européen de la défense (FED) qui ouvre la voie au lancement immédiat de 23 appels à propositions pour un montant total de 1,2 milliards d’euros de financement de […]

9 juillet 2021
Arquus présente ses innovations lors du Technodays 2021

Les 6 et 7 juillet 2021, Arquus organise la troisième édition des Technodays, journées consacrées à l’innovation dans le domaine de la Défense terrestre. A cette occasion, l’entreprise présente le fruit du travail réalisé au cours des deux dernières années dans des domaines d’avenir allant de la génération d’énergie en opération à l’ingénierie du Soutien. Ces Technodays 2021 sont l’occasion de […]

2 juillet 2021
Nexter et CKP Engineering expérimentent la maintenance prédictive sur le char Leclerc

La structure intégrée de maintien en condition opérationnelle des matériels terrestres (SIMMT) a notifié Nexter et CKP Engineering d’un marché d’expérimentation de la maintenance prédictive sur le char Leclerc. Le projet est né en mars 2020, soit quelques mois après le Forum entreprises défense (FED) au cours duquel CKP Engineering était accueilli par le MCO-T […]

30 juin 2021
Centigon France est fière de participer une nouvelle fois au SOFINS, ce rendez-vous incontournable de l’industrie de haute technologie et des forces spéciales.

Pour SOFINS notamment, accompagné par les équipes du GIGN, nous avons le plaisir de pouvoir présenter l’ADN de Centigon France : notre gamme “FORTRESS”, la version blindée du fameux SUV Land Cruiser 200 / 300. C’est l’une des meilleures représentations capacitaires de Centigon France, un modèle reconnu pour sa robustesse et ses capacités de franchissement. Il […]

18 juin 2021
LA FONDATION DU PATRIMOINE D’ARQUUS INAUGURE SON CONSERVATOIRE

Créé il y a un an, le Fonds de dotation d’ARQUUS pour le Patrimoine inaugure le 17 juin à Garchizy (Nièvre) le Conservatoire d’ARQUUS. Ce Conservatoire a pour objectif d’inventorier, répertorier, contextualiser, mettre en valeur et présenter les objets, documents, véhicules constituant l’histoire d’Arquus ou des marques historiques qui font partie de l’héritage de l’entreprise. […]

11 juin 2021
Arquus renouvelle sa prestation d’audit de parc

Depuis plus de 10 ans, Arquus réalise des prestations d’audit de parc, dans le but d’accompagner ses clients dans la remise en état opérationnel de leurs véhicules. Ces prestations s’appuient sur l’expertise technique de l’entreprise et sur son savoir-faire unique en matière d’assistance, construit dans la durée au plus près des forces. Au fil des années, cette prestation a été déployée sur […]

8 juin 2021
CERBAIR choisit le Maroc pour y implanter sa filiale Afrique.

Montrouge : depuis 2015, CERBAIR se concentre exclusivement sur le développement de solutions de lutte anti-drone complètes. En améliorant constamment ses solutions en coopération avec ses utilisateurs exigeants, CERBAIR fournit des systèmes éprouvés, conçus, fabriqués en France et réputés pour leur fiabilité, leur flexibilité et leur accessibilité. Les actualités évoquant des actes malveillants impliquant des drones, […]

7 juin 2021
Ouvry reprend la société iséroise Sulitec et complète son offre de protection individuelle NRBCe avec la protection et l’isolation thermiques haute température

Le groupe Ouvry (Lyon), PME spécialisée à l’origine dans les systèmes de protection corporelle NRBC, de protection respiratoire (masques, filtres…) et dans la décontamination NRBC, annonce le rachat de Sulitec (38, Saint-Alban-de-Roche), spécialiste de la protection et l’isolation haute température à base de textiles techniques ou de composites intégrant des résines minérales. Ouvry complète et élargit ainsi son offre […]

5 mai 2021
CERBAIR met en ligne son nouveau site web

____________ Montrouge : Le nouveau site internet a été conçu pour offrir une expérience unique de navigation et des fonctionnalités améliorées tout en permettant aux clients de se familiariser avec la gamme complète de produits conçus par CERBAIR. À la fois reflet de l’activité de la société et de sa clientèle, il offre également un […]

X